Vu par ZibelineOffenbach clôt joyeusement 2019 à l'Opéra de Marseille

Barbe-Bleue, jamais veuf ne fut plus gai

Offenbach clôt joyeusement 2019 à l'Opéra de Marseille - Zibeline

Après sa création l’été dernier à Lyon, la mise en scène vitaminée de Laurent Pelly a égayé les fêtes à l’Opéra de Marseille

Composé par Offenbach au cœur de sa période faste, entre La Belle Hélène et La Vie Parisienne, Barbe-Bleue, plus rarement joué et méconnu, mérite sa place parmi les chefs-d’œuvre du compositeur. Le livret du duo Meilhac/Halévy, d’une grande qualité théâtrale, s’inspire du conte sinistre de Perrault pour tisser une farce satirique réjouissante sans le moindre temps mort ; livret remanié pour l’occasion par Agathe Mélinand.

La mise en scène de Laurent Pelly transpose sans à-coups l’action à notre époque ; colorée et très chorégraphiée, elle voit se succéder costumes chatoyants et beaux décors dont l’attention au détail est remarquable. La direction d’acteurs est très travaillée, de la foule toujours affairée des choristes au jeu aimablement excessif des solistes. Au vu des talents réunis, l’on peut regretter, alors que Barbe-Bleue se moquait des courtisans, que Pelly se complaise dans certains gimmicks sexistes ou classistes, comme, par exemple, ce gag lourd et récurrent sur les formes d’une Boulotte grossie par son costume.

Dans cette œuvre où la partie parlée a une grande importance, les solistes se doivent de chanter aussi bien que de jouer. La force du livret et des acteurs est de leur conférer à chacun une personnalité attachante, entre sympathie et folie. Déjà présente à Lyon, Héloïse Mas se distingue en Boulotte pleine de vergogne, à la projection chaude et assurée. L’énergie contagieuse des jeunes amants Jennifer Courcier et Jérémy Duffau s’avère fort convaincante. Francis Dudziak et Guillaume Andrieux, aux rôles d’aides de camp plus théâtraux, brillent par leur aisance dramatique ; Antoine Normand est drôlissime en despote hypocrite et auto-satisfait. Enfin, dans le rôle-titre, Florian Laconi démontre une belle assise vocale et son charisme sur scène traverse tous les registres, du comique à l’inquiétant, pour donner vie à ce gai monstre érotomane. La direction agile et sereine de Nader Abbassi n’évite pas quelques petits écueils rythmiques, mais l’harmonie et la bonne humeur prévalent !

PAUL CANESSA
Janvier 2020

Barbe-Bleue a été donné du 28 décembre au 5 janvier à l’Opéra de Marseille

Photo : Barbe Bleue © Christian Dresse

Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/