Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Banco !

 - Zibeline

Qui n’a jamais rêvé de gagner au loto, la super cagnotte, le pactole ? À la cité des Néfliers il y a un gagnant, quelqu’un qui va toucher «cent cinquante vies de salaires, douze mille cinq cents ans de Smic»… De quoi alimenter les fantasmes les plus solides, à obséder les plus endurcis, à transformer les plus doux en enquêteurs acharnés. Car qui que ce soit, il se doit de partager son magot avec tous les voisins, «c’est impératif, obligatoire, inéluctable, sinequanonique. Fatal. […] C’est le principe ancestral du bon voisinage.» Alors sus à l’anonyme, «L’affreuse Nonyme», et tant pis si on se trompe, et qu’on décide que Richard Dinero, le pauvre Richard du titre, est LE gagnant, suite à une malencontreuse livraison de canapé… La vie de Richard devient infernale, et la vie de la cité va s’en trouver durablement bouleversée. Car le vrai gagnant, lui, n’est pas loin, qui connait apparemment le principe de bon voisinage…

La fable est belle, et l’on croit à cette magnifique redistribution des richesses «en fonction des besoins», teintée de beaucoup d’humour et d’émotion, au plus près d’une vie de cité ni pire ni meilleure qu’ailleurs, simplement, comme partout, cruellement humaine.

Le court roman de Michel Sanz était déjà une BD, ce sera un film bientôt, réalisé par Malik Chibane.

DOMINIQUE MARCON

juillet 2012

 

Pauvre Richard

Michel Sanz

Le petit écailler, 7 €