L'accordéoniste Marie-Andrée Joerger s'attaque au Cantor de Leipzig

Bach en miroirVu par Zibeline

Plus encore que le souvenir et la « patte » du cantor de Leipzig, c’est à partir d’une forme bien précise que Marie-Andrée Joerger a voulu retracer une histoire personnelle et pluridimensionnelle de la musique. Celle-ci n’a rien de linéaire ou d’évolutif : la forme « prélude et fugue » n’étant ici qu’un angle nouveau pour penser de nouvelles correspondances et autres jumelages entre différents compositeurs. On y retrouve notamment Thierry Escaich, qui a composé spécialement pour l’accordéoniste un Prélude et Fugue évoquant davantage les richesses de timbre et d’harmonies de l’œuvre que [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous