"Vélodrome Le douzième homme", photographies de Lionel Briot chargées d'amour et de haine

Aux aaaaaarmes !

• 10 juin 2016⇒3 juillet 2016 •

Sur le sol, « bienvenido en la curva atomica ». C’est bien de cela qu’il s’agit, un creuset détonnant d’énergie brute…. et pourtant canalisée. Quel cadre ne feraient pas sauter ces mâles s’ils n’étaient pas au Vélodrome à crier leur émoi ? Les technocrates le savent, qui leur construisent à grands frais des arènes. Marseille est « trop puissant », en effet, pour qu’on néglige de leur fournir ce déversoir pulsionnel. Tant qu’ils crient « aux aaaaaarmes » au stade, ils ne les prendront pas dans la rue.

En se tournant vers les tribunes plutôt que côté pelouse, Lionel Briot capte avec finesse cette énergie brute, un peu désespérée des supporters de football. Pendant plusieurs années, « fasciné par leurs visages », il photographie les virages Nord et Sud du Vélodrome, produisant des tirages au noir et blanc charbonneux, peuplés de traits tendus, de regards fiévreux. Parfois, un profil féminin, ou celui d’un homme plus âgé, en casquette de grand-père. Mais la majorité sont des jeunes gars, la testostérone à fleur de peau, brûlant d’une passion immémoriale pour l’honneur d’une équipe. On croirait voir, en remontant les siècles, la jeunesse médiévale se ruant aux tournois, itinérants et féroces simulacres de la guerre. Ou les romains, imprégnant leurs jeux du stade de ferveur religieuse.

L’artiste, pourtant venu… de la mode, avec son univers de studios, révèle en documentariste impliqué les frustrations sociales, le mal d’être racisé, minoré, tenu en mépris par l’Etat central. La force d’être ensemble, chauds, bouillants ; le réconfort du nombre. À observer ces photographies de près -et d’autant plus lorsqu’on les aborde en grand format, sur les murs de La Friche, où elles sont exposées- on les entend presque, ces milliers de gorges qui crient de concert leur vitalité profonde. Les 11 joueurs, si déifiés soient-ils, ne sont qu’un prétexte, ils passeront. Les supporters demeurent, comme Patrice de Peretti dit Depe, le mentor de Lionel Briot au Vélodrome, le disait.

Au milieu du livre, trois aveugles en canne blanche s’avancent. Ils ne verront rien, forcément, mais ils vont, comme les autres, se gorger du stade, de ses vagues de chant, océan tumultueux d’amour et de haine.

GAËLLE CLOAREC
Juin 2016

À lire
Vélodrome Le douzième homme
Photographies de Lionel Briot
Textes Christian Bromberger et Laura Serani
Coédition Le garage photographie / Arnaud Bizalion Éditeur, 30 €

À voir
Exposition à La Friche jusqu’au 3 juillet, en entrée libre à la Galerie de la Salle des Machines, Marseille (commissaire Laura Serani).

Deux rencontres avec Lionel Briot sont prévues, les 18 et 24 juin.

Photos : AS Saint-Etienne – OM Stade Geoffroy Guichard 4 août 2000, OM-PSG 8 avril 1998, OM – PSG 13 avril 2002, OM – Lyon 1er octobre 2000. Vues de l’exposition, tirages au format 375-250 cm.

OM-PSG-8-avril-1998

La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/