Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le dernier jour d’un condamné et La Favorite à l’Opéra de Marseille

Autumn lives !

Le dernier jour d’un condamné  et La Favorite à l’Opéra de Marseille - Zibeline

Le théâtre lyrique de la Place Reyer n’a pas chômé au mois d’octobre avec pas moins de trois opéras à l’affiche ! C’est avec Le dernier jour d’un condamné que s’est ouverte la saison, un ouvrage pensé par les frères Alagna d’après le livre éponyme de Victor Hugo publié en 1829. Les représentations ont obtenu un franc succès auprès d’un public sensible à l’engagement du propos et à celui des artistes, Roberto Alagna et Adina Aaron en tête ! Dans les rôles parallèles, deux condamnés à mort attendant leur exécution à 170 ans d’écart, le ténor et la soprano ont été exemplaires autant vocalement que scéniquement. Tout le plateau a suivi, des rôles annexes très caractérisés aux scènes de foule animées par le Chœur de l’Opéra. La scénographie imaginée par Nadine Duffaut a porté ses fruits : elle dessine deux lieux symétriques, en clair-obscur, où se meuvent distinctement les condamnés ; elle permet de libérer les angoisses, les faux espoirs face à la mort précipitée. Les décors tournent, coulissent, ménagent des espaces illusoires… car l’issue est fatale, les danses macabres interchangeables ! Si la musique de David Alagna recherche l’effet, souvent réussi, abonde d’idées (puisées de-ci de-là chez Moussorgski ou les Viennois de la seconde école), elle manque peut-être d’UNE idée… directrice. On passe d’une espèce de chaos sonore au premier acte, laissant peu de repères aux chanteurs pour prendre leur intonation, à un prélude, au second, gentiment tonal et larmoyant (la projection qui l’accompagne, une petite fille courant dans un pré, est franchement kitch). La seconde partie, harmoniquement plus sage, s’articule autour des deux airs des condamnés, dans un style plutôt vériste, appelant des applaudissements à leur coda, et du final, puissant et tragique… à l’instar de l’opus !

La Favorite

Jean-Yves Ossonce a laissé la place à Paolo Arrivabeni à la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Marseille qu’on a retrouvé, avec son Chœur (préparé par Emmanuel Trenque), sur la scène du théâtre. C’est que La Favorite de Donizetti a été jouée en version de concert : un choix un peu néfaste, il faut l’avouer, à la préhension dramatique du livret ! Cependant, outre l’intérêt d’y entendre les fameux airs de Leonor, Fernand ou d’Alphonse dans leur version originale, en français, on a goûté au bel canto, prisé par les Marseillais et royalement servi par le maestro italien. Clémentine Margaine dans le rôle-titre fut fabuleuse, puissante tragédienne, comme Jean-François Lapointe au chant toujours noble, si robuste dès le haut médium ! Si le jeune ténor Paolo Fanale n’a pas pu offrir toute la plénitude de son chant, à cause d’une souffrance laryngée, on a apprécié la souplesse de sa ligne vocale et de superbes demi-teintes dans l’aigu. Nicolas Courjal, Jennifer Michel et Loïc Félix ont complété à souhait ce beau plateau lyrique.

JACQUES FRESCHEL
Novembre 2017

Le dernier jour d’un condamné a été donné le 28 septembre et les 1er et 4 octobre, La Favorite les 13, 15, 18 et 21 octobre, à l’Opéra de Marseille

Photographie : Le dernier jour d’un condamné © Christian Dresse


Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/