Petites chroniques des printemps et automnes de LI Jingze aux éditions Picquier,

Au temps des deux saisonsLu par Zibeline

Petites chroniques des printemps et automnes de LI Jingze aux éditions Picquier, - Zibeline

Entreprise d’historien et de chercheur tout autant que d’écrivain, Petites Chroniques des Printemps et Automnes de LI Jingze « est l’histoire de l’anéantissement d’un ordre ancien et de la naissance d’un monde nouveau » ainsi que le précise l’auteur dans son indispensable préface. Il y indique les circonstances de l’écriture de ces chroniques qui évoquent l’antiquité de la Chine (722- 468 avant notre ère). À l’époque, les historiens chinois (des fonctionnaires du palais) consignaient les annales historiques sous le titre générique de « printemps et automnes », l’été et l’hiver n’avaient pas encore de nom, et les deux autres saisons étaient liées aux termes de « renouveau » et de « déclin » ; appellations qui marquèrent aussi la manière d’appréhender l’histoire et la succession des évènements. Parmi les historiographes, a été retenu le nom de Zuo Qiuming, comparé à Homère, car aveugle, mais aussi grâce à son écriture puissante. Naquirent à cette époque Confucius, Lao-Tseu, Mo-Tseu… Ces récits sont considérés comme fondateurs de la Chine : marquant la transition entre ordre féodal et ordre impérial, ils rapportent les vies des douze princes de la dynastie des Zhou du royaume de Lu (dans la province actuelle du Shandong) et l’auteur les passe en neuf chapitres au filtre de sa propre culture, rapproche les protagonistes des personnages de Shakespeare ; certains règnes semblent réaliser l’idéal platonicien d’un État régi par les philosophes ; des êtres à l’infinie cruauté sont analysés avec les mots d’Hannah Arendt à propos d’Eichmann, puis contredits par le jugement d’Isaiah Berlin. On suit les trahisons, les complots, les calculs, les alliances, les paradoxes de la renommée… La civilisation chinoise puise ici ses racines : en -656, la négociation entre Guan Zhong et les gens de Chu qui acceptent de lui livrer des bottes de joncs « prend un sens décisif. Fondamentalement, elle institua la nature de la Chine, (…) un ensemble solide lié par son identité culturelle. » Passionnant !

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2020

Petites chroniques des printemps et automnes, LI Jingze, traduit du chinois par Hervé Denès en collaboration avec Jia Chunjuan
éditions Picquier, 19,50 €