Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les idées grises de Bastien Dausse et François Lemoine

Au quart de tour

• 27 février 2019⇒28 février 2019 •
Les idées grises de Bastien Dausse et François Lemoine  - Zibeline

L’un est tout en rouge. L’autre tout en bleu. Une barbe ; tous les deux. Si semblables qu’ils peuvent être le reflet l’un de l’autre. Pourtant, pendant près d’une heure, ils vont jouer au chat et à la souris. Bastien Dausse et François Lemoine (Cie Barks) transposent au cirque les classiques de la course poursuite, du duel, de l’éternelle querelle, celle dont on ne sait depuis longtemps pourquoi elle a commencé. Des Tom et Jerry de la scène, des Titi et Grosminet un rien désabusés, lestés d’une poésie tout en légèreté.

Sans parole, sans regard vers le public ou presque, les deux frères ennemis se disputent tout, le droit d’être là, d’être le premier, le plus fort, et surtout le droit d’avoir une place. Les chaises sont l’enjeu principal à défendre. Il y en a bien assez pour deux, mais qui va à la chasse perd sa place, quoi qu’on fasse, c’est bien connu. Les deux acrobates sont lestes, leurs moindres mouvements sont millimétrés, les objets fusent entre leurs mains comme des balles de jonglage. Mais surtout, et c’est ce qui fait la belle spécificité de ces Idées grises, Dausse et Lemoine inventent un espace démultiplié. Sans vouloir jouer aux magiciens –au contraire, ils exposent leur dispositif de façon quasi didactique-, ils évoluent dans des dimensions qui échappent aux automatismes visuels. Ils se couchent au sol, et les voilà debout sur un grand écran disposé à côté d’eux. Ils se hissent sur la paroi du décor, et ils marchent tranquillement sur la vidéo ! Une caméra les filme en direct, image tournée d’un quart de tour. Les portes se transforment en trappes. Effet garanti. Plus tard, dissimulés derrière un panneau, ils sont attablés (chacun sa chaise, moment d’accalmie) mine de rien. Et voilà qu’ils se mettent à flotter dessus, dessous, doucement, comme dans la fusée de Tintin. Les deux visages sont un peu rouges, les t-shirts sont un peu relevés. Les nombreux enfants du public, vifs comme l’éclair, ont compris, ravis : « ils sont au plafond ! » Satisfaction de comprendre, et d’attraper ainsi un peu de merveilleux.

ANNA ZISMAN
Mars 2019

Le spectacle Les idées grises a été joué au Théâtre Jean-Claude Carrière, Domaine d’O, à Montpellier, les 27 et 28 février

Photo: Les idées grises © Daniel Michelon


Domaine d’O
178 rue de la Carriérasse
34090 Montpellier
0800 200 165
domainedo.fr