Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur De la démocratie, Toqueville et son œuvre appliquée à la vie comme à la scène

Au nom du peuple

Retour sur De la démocratie, Toqueville et son œuvre appliquée à la vie comme à la scène - Zibeline

Rendre visible et audible une œuvre aussi foisonnante et dense que De la démocratie d’Alexis de Tocqueville, tel est le parti pris de Laurent Gutmann et de sa compagnie La Dissipation des brumes matinales. Pour ce faire, un collectif d’acteurs va éprouver sur scène, physiquement, moralement et intellectuellement, la pratique de la démocratie en préparant un spectacle sur cette œuvre ; toutes les situations, tous leurs actes seront passés au crible démocratique. Or, cinq comédiens ce sont autant de visions, d’envies et de volontés différentes. Cinq points de vue qu’il va falloir défendre, argumenter, et organiser ! L’idée est belle, enthousiasmante même, et l’on se dit que le groupe n’aura aucun mal à la mettre en œuvre…

Mais une fois passées en revue les différentes propositions, radicalement différentes les unes des autres –récit émerveillé du voyage de Tocqueville en Amérique, définir la pensée du philosophe en exposant ce qu’elle n’est pas, danser la joie d’être tous égaux, conceptualiser l’égalité des conditions en reflétant le public dans un miroir, ou faire monter un spectateur sur le plateau pour le prendre à témoin-, se pose une question cruciale (première d’une longue série) : quel choix, et comment choisir ? En votant bien sûr ! Encore faut-il que le vote fasse émerger un consensus majoritaire… De la démocratie directe à la démocratie représentative il n’y a qu’un pas, que les comédiens franchissent en élisant un « Maître de cérémonie » (et surtout pas un metteur en scène !) sensé diriger le collectif pour aider au choix d’une esthétique commune à mettre en œuvre.

Ce sera le début des dissensions et des inquiétudes, des contestations qui prennent un tour anarchique, voire despotique. Et ce, même en citant à tour de bras des extraits de l’œuvre de Tocqueville. Si l’auteur et sa pensée sont de fait bien vivants sur scène, il n’en demeure pas moins que le constat est imparable : le prix à payer pour vivre pleinement en démocratie est cher, très cher !

DOMINIQUE MARÇON
Décembre 2017

De la démocratie a été joué le 16 novembre au Théâtre de l’Olivier, Istres

Photo : © Pierre Grosbois


Théâtre de l’Olivier
Avenue Léon Blum
13800 Istres
04 42 56 48 48
http://www.scenesetcines.fr/