Vu par Zibeline

"Presque égal à" par les élèves de l'ERAC : une belle génération d'acteurs se profile !

Au cœur amer et vif de la jeunesse

Dans le cadre de L’Atelier des Écritures Contemporaines mis en place par l’ERAC pour la formation des acteurs, Renaud-Marie Leblanc a pris à bras le corps le texte de l’auteur suédois Jonas Hassen Khemiri, et en a proposé une version magistralement rythmée sur un plateau pratiquement nu. Sept comédiens en 2e année de formation se présentent pour la première fois de leur cursus face au public, et chacun d’entre eux a une énergie folle, et un vrai talent.

L’auteur, inédit en France, propose une analyse économique de notre société en mettant en jeu le profit et l’exploitation, et en s’appuyant sur les thèses économiques qui ont rationalisé le capitalisme. Ainsi est-il question de l’UX, coefficient de la valeur du divertissement attendu par l’utilisateur, qui permet d’apprécier la rentabilité d’une entreprise ou d’une expérience -un spectacle de théâtre par exemple. Les situations sont celles d’un quotidien sordide : le SDF est violenté, le couple pauvre se sépare, le Pôle emploi n’a rien à offrir, les diplômes ne servent à rien, la vendeuse fauche dans la caisse… On rit des démonstrations de l’auteur et des trouvailles de la mise en scène. Certains personnages sont déplacés à travers le plateau, juchés sur des disques à roulettes, comme sur des autos-tamponneuses ou des sièges éjectables ; un petit entracte avec barres chocolatées propose une illustration de la thèse de satisfaction ; une chanson sur la culture bio utilise la ritournelle de Peau d’âne… Du point de vue du spectateur c’est indubitablement un spectacle dont l’UX est très élevé ! D’autant qu’il permet de découvrir un auteur suédois remarquable, à l’écriture dramaturgique efficace, qui livre un point de vue à la fois désespéré et drôle sur les impasses dans lesquelles nos sociétés acculent les jeunes. Les comédiens de l’ERAC ont choisi ce texte avec un grand discernement, et l’incarnent sans rechigner, en donnant beaucoup d’eux-mêmes, avec une grande maturité et beaucoup de technique : une belle génération d’acteurs se profile…

CHRIS BOURGUE et AGNÈS FRESCHEL
Mars 2016

Presque égal à s’est joué du 14 au 16 mars à l’IMMS à la Friche-Belle de mai, Marseille

Le texte provient du premier jet de traduction de Marianne Ségol-Samoy et sera publié aux éditions Théâtrales

Photot : Presque égal -c- Olivier Quéro