L'oeuvre d' Offenbach revisitée par La Troupe Lyrique Méditerranéenne

Au bonheur d’Orphée !Vu par Zibeline

L'oeuvre d' Offenbach revisitée par La Troupe Lyrique Méditerranéenne  - Zibeline


Après L’Heure Exquise (voir article www.journalzibeline.fr/critique/la-belle-equipe/) et La Périchole (suivre le lien www.journalzibeline.fr/critique/jeunes-et-bo/), on retrouve, le 14 avril au Théâtre du Lacydon, la Troupe Lyrique Méditerranéenne dans un grand Offenbach, épicé et dynamité par cette belle jeunesse chantante, résolue et talentueuse.

Orphée aux Enfers revisite la légende selon laquelle Orphée partit, désespéré, au royaume des morts, en quête de son épouse Eurydice défunte le jour de ses noces… Il va sans dire que chez le musicien, amuseur du Second Empire, les héros ne sont pas si pressés de se retrouver, quand l’Olympe des Dieux donne une image cocasse de la Cour impériale… Autant de thèmes intemporels, raillant le pouvoir politique ou la fidélité amoureuse, qui ne peuvent qu’exciter l’imaginaire contemporain !

À ce jeu, l’équipe réunie sous la houlette de Mikhael Piccone, maître des Dieux barytonant, hilarant dans sa métamorphose ovidienne et déjantée en mouche dragueuse de nymphe-prête-à-craquer, s’en donne à c(h)oeur joie ! Dans une foule d’images propices à la fantaisie, un vent de Liberté guide l’Olympe, l’Exécutif amorphe se distrait comme il peut, se pervertit en partie fine que Jupiter, chef de chœur, dirige. Pluton se rêve Dark Vador ou champion de golf glamour, Cupidon est une ado rebelle et les déesses sont peu farouches…

Emilie Bernou campe une Eurydice au rayonnement vocal épatant, Guilhem Chalbos est un maître des Enfers à la stature scénique brillante. On a aimé aussi la dimension poétique (originale !) donnée au personnage de L’Opinion publique (Catherine Bourgeois), espèce de clown blanc en robe-magazine, Mary Poppins surmontée d’un parapluie «oculaire», comme le piano orchestral de Valérie Florac qui s’enrichit de flûte (Mina Ghobrial), violon (Fanny Levisse) et violoncelle (Lucie Gockel) dans les airs ou le Galop infernal !

JACQUES FRESCHEL

Orphée aux enfers a été joué par la Troupe Lyrique Méditerranéenne les 13 et 14 avril au Théâtre du Lacydon, Marseille

Crédit photo : X-D.R