Travellings, le festival d'art urbain de Lieux Publics a investi les quartiers Nord de Marseille

Arts du NordVu par Zibeline

• 19 septembre 2015⇒27 septembre 2015 •
Travellings, le festival d'art urbain de Lieux Publics a investi les quartiers Nord de Marseille - Zibeline

Porter l’art au cœur des quartiers populaires. La démarche est souvent complexe et échappe rarement à la tentation de «forçage» culturel, pour ne pas employer le terme lourd de «colonisation». Du 25 au 27 septembre, la deuxième édition de Travellings, festival d’expressions artistiques dans l’espace urbain, a choisi de s’installer dans les quartiers Nord de Marseille.

Lieux Publics, porteur du projet (aux côtés du réseau européen In-Situ) et sa Cité des Arts de la Rue, résident aux Aygalades, au cœur de ces quartiers. C’est pourtant la première fois que cet environnement direct devenait le support d’une manifestation. Une volonté de l’équipe et de son directeur, Pierre Sauvageot, qui souhaite développer de plus en plus ce type d’initiatives (écouter l’interview qu’il a accordée à Web Radio Zibeline). Malgré quelques accrocs, le résultat était largement concluant.

Une balle rouge

Pendant une semaine, en préambule au festival, le Red Ball Project se concentrait en revanche essentiellement sur le centre-ville. L’installation de Kurt Perschke consiste à déposer une énorme balle rouge au milieu d’une rue, d’une place ou d’un monument. Inévitablement, le choix du lieu fait exister l’œuvre (ou pas) et conditionne la perception que l’on s’en fait.

Le concept peut fonctionner par endroits, et par moments, grâce à l’effet visuel ou aux réactions qu’il engendre. À d’autres, ce street art gigantesque, mais finalement assez minimaliste, est beaucoup moins convaincant. Ce fut le cas à Marseille, où l’effet était probant quand la boule barrait les escaliers de la place Sadi-Carnot, ou tenait en équilibre en haut du MuCEM. Moins réussi quand elle était coincée dans une porte cochère de la rue Vian, par exemple (voir la galerie photo).

Terrains de jeux

Le festival accueillait une autre installation, The Speakers du Britannique Thor McIntyre-Burnie. Dans le parc de l’Oasis, des parapluies suspendus diffusaient des témoignages recueillis auprès d’habitants du quartier. Soit des récits de leur quotidien, soit ceux trouvés sur Internet, autour de quelques mots-clefs (Réfugié, Migrants, Aylan Kurdi, Tahrir, Gezi Park, etc.) auxquels ils ont prêté leurs voix. En baladant au milieu du jardin, chacun peut se laisser happer par ces sons variés.

Juste à côté, les architectes danois du collectif Bureau Détours préparent du mobilier urbain éphémère pour les usagers du parc. Avec quelques planches, des cordes et l’aide des habitants, ils fabriquent de petits bancs portatifs, des balançoires fixées aux arbres ou des mini-cages de foot.

Plus loin, le Belge Kurt Demey présente L’Homme cornu, spectacle de magie mentale déroutant. Dans la quiétude feutrée du parc, ses divinations et lectures de pensées deviennent d’autant plus troublantes.

L'Homme cornu - Kurt Demey ®-Sweet-Focus-Marion-Ribon

Dans la grande cour de la Cité des Arts de la Rue, aux côtés du bus posé à la verticale, des rubans de plastique rouge et blanc (ceux utilisés pour les périmètres de sécurité ou de chantier) sont tendus pour former une sorte de toit de chapiteau. Au fond, le Bureau Détours a installé un pont suspendu et des balançoires soutenues par des cordes d’une dizaine de mètres. Les enfants du quartier et d’ailleurs s’amusent sur ces jeux éphémères pendant que des projections de documentaires se déroulent un peu plus loin.

À la verticale

La cité des Aygalades sépare le parc et Lieux Publics. Un bâtiment y a été réquisitionné pour fixer la structure de Flat, spectacle de théâtre vertical de l’Argentin Rodrigo Pardo. Pendant que des projections ultra-réalistes transforment le décor en appartement, le comédien, accroché à un câble, observe sa vie qui bascule.

Au pied de l’immeuble, quelques transats sont posés. Bien avant le spectacle, des enfants de la cité s’y sont installés, mais quelques personnes de l’organisation leur demandent de céder leur place quand les «vrais» spectateurs arrivent. Une simple maladresse, car finalement, d’autres membres de l’équipe insistent pour que des enfants puissent rester sur les transats. Une fois la représentation commencée, des groupes d’ados passent et s’arrêtent pour regarder cet homme suspendu debout chez lui, sur une façade de chez eux.

JAN-CYRIL SALEMI
Octobre 2015

The Speakers - Thor McIntyre-Burnie ®-Sweet-Focus-Marion-Ribon

 

Le festival Travellings a eu lieu du 19 au 27 septembre à Marseille

Photos :

Lieux Publics – Cité des Arts de la Rue © Fanny Girod

L’Homme cornu – Kurt Demey © Sweet Focus Marion Ribon

The Speakers – Thor McIntyre-Burnie © Sweet Focus Marion Ribon

 

Lieux publics
Centre national de création
225 Avenue des Aygalades
13015 Marseille
04 91 03 81 28
http://www.lieuxpublics.com/fr/