Vu par Zibeline

Le Conte d'hiver repris par L'Agence de Voyages Imaginaires : une bouffée finalement printanière...

Après le froid

Le Conte d'hiver repris par L'Agence de Voyages Imaginaires : une bouffée finalement printanière... - Zibeline

L’Agence de Voyages Imaginaires a repris son Conte d’hiver, une des plus jolies pièces de Shakespeare, qui reste par sa simplicité d’une actuelle fraîcheur 400 ans après la mort du dramaturge. Il s’agit d’y épingler la folie des pères, d’y célébrer la force de l’amour, et la vitalité des jeunes gens qui transgressent les règles et s’aiment au-delà des barrières de classe. Le Conte, illuminé par des souvenirs de figures mythiques, Oedipe et Perséphone, Pygmalion et Galatée commence comme une tragédie, un roi devenu fou de jalousie qui tue son épouse aimante et gaie… Mais cela s’achemine vers une fin heureuse, quand des années plus tard le monarque revenu à la raison protège à son tour les amoureux de la folie d’un autre roi, autrefois raisonnable. Le Conte d’Hiver fait donc l’apologie du changement, croit à la perfectibilité des hommes, à la patience amoureuse, à l’amitié féminine, et aux vertus du temps qui apaise les transports de l’âme…

Philippe Car met en scène cette comédie baroque avec l’art du décalage grotesque qu’on lui connait, et son amour des mélanges. Cela fourmille de trouvailles scénographiques, de musiques entraînantes, de couleurs, de costumes inventifs regorgeant de poches, de plis et de surprises… L’action est resserrée, les dialogues simplifiés, et les caractères dessinés à gros traits : la jalousie est féroce, la simplicité naïve, l’effroi tremblant, et tout cela dégage un sentiment d’enfance diablement agréable. Le jeu des comédiens manque un peu de nuances, de technique parfois dans la commedia, mais l’allant est tel qu’on n’y prend garde, parce que le trône a des bras maternels qui consolent le roi, parce que le rythme est juste, musical, parce que la fable est belle, et que l’amour du théâtre se transmet comme une bouffée finalement printanière…

AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2015

Le Conte d’hiver a été joué au Jeu de Paume, Aix, du 17 au 21 novembre et au Sémaphore, Port-de-Bouc, le 27 novembre

À venir :
le 23 février
Espace NoVa, Velaux

Photo : Le conte d’hiver – Agence de Voyages Imaginaires -c- Elian Bachini


Espace Nova
997 avenue Jean Moulin
13880 Velaux
04 42 87 75 00
www.espacenova-velaux.com


Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/


Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore