Les Hadza, 4e volet du cycle d'ethnologie au théâtre de Philippe Geslin et Macha Makeïeff

Anthropologie sur scèneVu par Zibeline

Les Hadza, 4e volet du cycle d'ethnologie au théâtre de Philippe Geslin et Macha Makeïeff - Zibeline

Ils vivent depuis des temps immémoriaux dans la Vallée du Rift, « berceau de l’humanité ». Les Hazda sont un peuple de chasseurs-cueilleurs partiellement sédentarisés, sous l’influence du défrichement et du pastoralisme qui phagocytent leur territoire, en Tanzanie. Après les Soussou, les Inuit et les Massaï, l’ethnologue Philippe Geslin a poursuivi son travail de terrain auprès d’eux. À son retour, comme à chaque fois*, il a retrouvé Macha Makeïeff pour tirer de ses carnets d’observation un nouveau volet de leur cycle Les âmes offensées.

Faire monter l’anthropologie sur scène est une entreprise intéressante, soulevant moult questions dans l’esprit des non-spécialistes. Quel est le rôle de l’observateur ? Comment sa présence est-elle perçue par les personnes chez qui il séjourne ? Évoquer les peuples autochtones au moment où leur mode de vie est secoué de manière brutale, n’est-ce pas les exposer plus encore ? S’ils ne répondent pas à ces interrogations, Philippe Geslin et Macha Makeïeff ont pensé qu’aborder par le biais du théâtre le mystère de cette société égalitaire ferait grand bien aux occidentaux que nous sommes. Assurément, ils n’ont pas tort ! Les Hadza, nous disent-ils, visent l’équilibre par une méfiance sourcilleuse envers l’autorité ; celui qui serait tenté d’exercer un pouvoir croissant, tant dans les rapports entre hommes et femmes que dans la filiation, se verrait isolé, rejeté. La propriété privée n’a pas de sens pour eux. Au-delà de 4, les chiffres ne leur sont d’aucun usage ; ils emploient une expression signifiant « beaucoup ». Autant de notions qui laissent les spectateurs songeurs, emportés une heure et demie durant dans un voyage singulier. La mise en scène subtile y participe : le vent balaye le plateau comme sur le lac Eyasi, un brasero de pierre projette les ombres d’un conteur immémorial, et l’on aimerait entendre encore longtemps la langue à clics des Hadza.

GAËLLE CLOAREC
Mars 2021

* Retrouvez ici l’interview de Macha Makeïeff et Philippe Geslin au sujet de ce spectacle, la critique des précédents volets, ainsi qu’un entretien au long cours sur notre WebRadio, en 2017.

Les Hadza Cueilleurs d’eau / Les âmes offensées #4 a été créé le 17 mars au TNM La Criée, Marseille, devant un public de professionnels.

Photo : -c- Philippe Geslin

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/