Le théâtre russe à l'avant-garde au théâtre Vitez...

AmnésiesVu par Zibeline

• 2 décembre 2014 •
Le théâtre russe à l'avant-garde au théâtre Vitez... - Zibeline

Le principe cartésien du « je pense donc je suis », connaît une inflexion plus que pertinente de la part de la dramaturge et metteure en scène, Tatiana Frovola, qui démontre dans son spectacle Je suis, qu’il est indispensable de l’assortir d’un « je me souviens donc je suis ». Le point de départ, la maladie d’Alzheimer dont sa mère est touchée… bribes, lambeaux, chanson d’enfance… impossibilité de rejoindre l’autre, dont la mémoire s’efface comme une mort vivante. « Dans la mort d’un homme, un monde inconnu meurt. (…) l’os dur du crâne était pour moi pareil à la vieille caisse aux trésors », écrivait Saint-Exupéry dans Terre des Hommes. Ici, c’est aussi la mémoire d’une histoire, qui est frappée par l’amnésie nationale et mondiale, celle des goulags, du traitement des koulaks, des déportations, des meurtres d’intellectuels et réfractaires à la pensée totalitaire… cela se passe à Komsomolsk-sur-amour, chaque acteur raconte comment sa famille est arrivée là. Les mariages, les filiations, les exécutions, tout se retrouve dans la naïveté de petits portraits, disposés les uns à côté des autres, rétroéclairés et projetés sur un écran transparent. La vidéo, le jeu des transparences, des voiles, des frontières matérielles et techniques qui se glissent entre nous et les choses, initient un nouveau genre, à la limite des formes expérimentales. La traduction du russe est livrée en sur-titrages, en doublage, lecture synchronisée… on se laisse étonner, séduire, emporter dans ce théâtre novateur. On rit aussi, exposition cocasse de mode polaire… et l’on revient à l’essentiel, à ce qui fait que l’humanité survit, dans les pires conditions, que l’art reste, indispensable, même lorsque son expression se réduit à une troupe qui subsiste dans une salle qui peut contenir vingt-huit spectateurs…ainsi, le théâtre KnAm, fondé par Tatiana Frovola, première femme à créer durant la période soviétique (en 1985) une troupe de théâtre totalement indépendante. Le public averti du Vitez (ici en partenariat avec les ATP d’Aix-en-Provence) ne s’y trompe pas et ovationne debout la performance.

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2014

Ce spectacle a eu lieu le 2 décembre au théâtre Vitez, Aix

Amis du Théâtre Populaire
Impasse Grassi
13100 Aix-en-Provence
04 42 63 46 22
http://atp-aix.net/

Théâtre Antoine Vitez
29 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence
04 42 59 94 37
http://theatre-vitez.com/