Vu par ZibelineTokyo fiancée de Stephane Liberski en avant première à Aix

Amélie au pays des nippones merveilles

• 24 février 2015 •
Tokyo fiancée de Stephane Liberski en avant première à Aix  - Zibeline

Stephan Liberski aime le Japon qu’il a découvert en 2004 alors qu’il faisait des repérages pour Bunker paradise. Il adore tous les romans d’Amélie Nothomb, en particulier Ni d’Ève, ni d’Adam pour l’évocation de ce sentiment « assez singulier, entre amour et fantasme », de cette aspiration de l’écrivaine à être une Japonaise, de retrouver ce pays de l’enfance. Il est donc logique qu’il ait eu envie de l’adapter. Le réalisateur était au cinéma le Mazarin, à Aix , pour présenter cette adaptation dont le titre, Tokyo fiancée (traduction du titre anglais du roman), résume le propos : Amélie sera l’éternelle fiancée d’un pays natal avec lequel, malgré ses efforts (charmants, touchants ou horripilants, selon les sensibilités ) jamais elle ne s’unira tout à fait. Dans le film comme dans le roman, la jeune fille a 20 ans. Elle revient au Japon, décide de donner des cours de français et noue une relation avec Rinri, son premier et unique élève, qui, de son côté, rêve de devenir un européen francophone. Réflexion sur le décalage entre les langues qui non seulement n’ont pas les mêmes mots pour désigner les choses mais ne nomment pas les mêmes choses. Mythes du soleil couchant (Stendhal, Balzac et bières belges à la clé) contre mythes du soleil levant (high tech, traditions et yakuza compris) rattrapés au final par la réalité du tsunami et la catastrophe de Fukushima que n’avait pas imaginées Nothomb dans son roman paru en 2007. Le réalisateur souhaitait que les acteurs soient beaux ; ils le sont ! Pauline Etienne (Amélie) qu’il avait repérée dans un film de Joachim Lafosse et Taichi Inoue (Rinri) dont c’est le premier rôle. C’est en écrivain que le cinéaste (également auteur de quelques romans) aborde Ni d’Ève ni d’Adam , réécrivant le texte original pris en charge tout au long du film par la voix off de l’héroïne. Stephan Liberski accorde toujours une grande importance à la musique. Composée par son fils, elle accompagne ici, ostensiblement, les déambulations d’Amélie à travers un Japon pittoresque, urbain ou rural, que nous découvrons à travers les yeux écarquillés et émerveillés de la jeune fille. Le look coloré et «artiste», de cette aspirante japonaise, casquette de Gavroche enfoncée sur la tête ronde, lèvres rouges et gourmandes, lorgne du côté de l’autre fiancée internationale du cinéma français, une Amélie elle-aussi. Plus Poulain que Nothomb. Ceux qui aiment les romans de la prolifique auteure belge ne seront pas déçus : ils y retrouveront son apparente naïveté, ses questionnements sur la vie. Ceux qui ont envie de voir un Japon archétypal magnifié non plus. Les autres risquent de s’ennuyer. Beaux paysages, costumes et décors soignés ne suffisent pas à nous faire rêver…Le film sort en salle le 4 mars 2015.

Elise PADOVANI et Annie GAVA
Février 2015

Photo: O’Brother Distribution

 

 

Les Cinémas Aixois :

Le Cézanne
1 rue Marcel Guillaume
Renoir
24 Cours Mirabeau
Mazarin
6 rue Laroque

13100 Aix en Provence
08 92 68 72 70
http://www.lescinemasaixois.com/