Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Un Numéro Zéro prometteur, BEBE, pour un essai de définition de la poésie par les poètes

Alors oui c’est quoi ?

Un Numéro Zéro prometteur, BEBE, pour un essai de définition de la poésie par les poètes - Zibeline

Deux excellentes nouvelles pour ouvrir l’an neuf : BEBE est né et la poésie n’est pas morte. Mieux encore si c’est possible : 48 pages bien vives raniment sans balbutier l’inusable question du C’EST QUOI ?

En avant donc à la poursuite de l’objet du désir des 14 praticiens sollicités par les fondateurs (Nadine Agostini et François Bladier) d’une revue dont le numéro zéro séduit par la diversité des réponses, l’engagement mûri ou spontané de chacun, autrement dit par la générosité du don. La simplicité du support – noir et blanc/ papier bouffant – appelle la lecture gourmande, et le déroulé des contributions, sagement alignées sur l’ordre alphabétique, n’échappe pas à la malice du hasard objectif. Azam, non sans gravité, fait corps en ouverture avec son rythme intime et dit « chercher » comme on fait le tri des « morts » et des « fusillés » après le massacre, tandis que Vassiliou, dernière contributrice plus légère, plus fragile, trace une route de squaw de mur en mur, dessine des signes de piste sans perdre le fil et offre les figures de l’insaisissable permanent ; aussi définit-elle l’état de poète par le verbe « cercer » (la cerce fait le dos rond et protège de la flamme, nous rappelle le dictionnaire).

Les autres ? Julien Blaine, toujours à la page, en décalé, superpose, redimensionne, prend la question au cri et à la lettre, on l’entend bien ! Patrick Dubost, en 13 stations, fait apparaître et disparaître l’objet, et Liliane Giraudon avec un stylo un peu gras qui s’offre à la méprise (lit-on « s’écarte » ou « s’écoute » ?) discourt de la méthode sur sa (photo)copie. Frédérique Guétat-Liviani guide « l’enfant » à travers les trous dans le blanc sans forcément trouver, « en tout cas pas là », et Michèle Métail ne sait pas non plus : « les oiseaux sont de piètres ornithologues ». Pendant que Mignot, de sous-texte en référence lettrée fait débarquer les rats de la peste, Pennequin gesticule sa révolte à tue-tête. Seul Pascal Poyet, rassurant, construit à tâtons un « vois-là » bien carré en 5 x 14 lignes et …et…silence dans les rangs ! Le secret restera bien gardé ; n’en parlons plus jusqu’au numéro 1 à paraître dans une année dont on espère que l’invitation « tu performes ? » déliera tout aussi finement les langues !!!

MARIE-JOSÉ DHO
janvier 2017

BEBE Dis-moi c’est quoi la poésie ?
Numéro zéro de la revue annuelle proposée par l’association BLAD&NAD
12€