Zibeline n'a pas aimé la vraie vie des profs, le dernier film de Emmanuel Klotz et Albert Pereira Lazro

Alors là on n’a pas kiffé !Vu par Zibeline

Zibeline n'a pas aimé la vraie vie des profs, le dernier film de Emmanuel Klotz et Albert Pereira Lazro - Zibeline

Que font les profs quand ils n’enseignent pas ? C’est en faisant leurs poubelles que deux lascars de cinquième, Albert et Jean-Mohamed, contraints de collaborer au journal du collège avec trois bolos (traduction pour ceux qui ne parlent pas le langage «jeune» : bons élèves), vont nous l’apprendre : le prof de sport qui prône le fair-play est un hooligan, le prof de musique à la flûte compassée, un punk furieux, la professeur de français (interprétée par l’explosive Audrey Fleurot) fait du Booty Shake en tenue affriolante et couche avec son principal psychorigide dans le bureau de ce dernier. Il y a aussi l’homosexuel honteux, une prof de maths à six orteils – Le compte n’y est pas ! – et une grosse Conseillère Principale d’Education qui s’acoquine avec des bikers gras, poilus et tatoués. Toute cette «vérité» s’affiche sur un site créé par la joyeuse bande.

Vous avez dit convenu ? Si ce n’était que ça ! La comédie co-scénarisée par Alexandre Jardin, véhicule une bien étrange idéologie. Les enfants, héros positifs du film, sont des «profanateurs». Ils taguent la statue du pauvre Zola qui n’accuse plus rien, ayant donné, bien malgré lui, son nom à leur établissement. Ils revendiquent sans cesse une liberté d’expression qu’ils confondent avec liberté de voyeurisme, devenant des paparazzis de la pire espèce et utilisent leur toute puissance informatique pour dévoiler ce qui est de l’ordre de la sphère privée et ne les regarde pas. «La vie est trop courte pour être petite» est la morale de cette fable consensuelle et complaisante où finalement profs et élèves se réconcilient, où le collège devient un lieu idéal de mixité sociale, où les enfants, à la fin du film, se retrouvent à nettoyer les tags dans les toilettes de l’établissement, comme travail d’intérêt général, dans la joie et la bonne humeur.

Les deux réalisateurs parisiens venus de l’animation, Emmanuel Klotz et Albert Pereira Lazro, sont fiers d’avoir tourné à Marseille dont la lumière et les lieux servaient bien cette comédie et «espèrent qu’on va kiffer», en regardant La vraie vie des profs. Le film a été tourné en grand partie au collège Vieux Port. Les parents des acteurs et des figurants marseillais présents à l’avant-première, le 13 février,  au cinéma Les Trois Palmes étaient ravis, leurs copains aussi. Malgré quelques jolies scènes nocturnes dans les rues de Marseille et une équipée au Corbusier assez réussie, les amateurs de cinéma le sont beaucoup moins.

 

ELISE PADOVANI et ANNIE GAVA

Février 2013

 

Sortie le 20 février

La vraie vie des profs