Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Bianco, le mega show de cirque aérien des NoFit State

Air show

• 27 janvier 2015⇒15 février 2015 •
Bianco, le mega show de cirque aérien des NoFit State - Zibeline

Les bourrasques de vent qui claquent presque en permanence sur l’esplanade du MuCEM mettent les spectateurs en condition. En entrant dans le chapiteau des NoFit State, c’est un autre genre de mistral qui vient souffler. Tout aussi puissant. Au son d’une musique ultra rock, jouée en direct, des acrobates virtuoses voltigent au-dessus de nos têtes pendant près de deux heures.

Grand ballant ou portés sur trapèzes, cerceaux qui tournoient, sangles qui s’enroulent, tissus géants, corde raide ou volante, toute la palette du cirque aérien est déployée dans Bianco. Debout sur la piste, au milieu des artistes, le public se déplace, tête en l’air, au gré des changements de séquences. Quelques placiers en kilts se chargent de nous guider selon l’utilisation de l’espace.

Bianco est un pur spectacle de divertissement. Une grosse machine, bien huilée, qui fonctionne parfaitement. Le rythme est tonique, parfois presque agressif. Les performances sont exceptionnelles, l’habileté des artistes est hors du commun, les prises de risque sont absolues. En témoigne cette chute d’une trapéziste, en pleine représentation, fort heureusement sans gravité. Comme un rappel que le cirque n’est décidément pas un spectacle comme les autres, et que le danger y est une donnée incontournable.

Du moderne à l’ancienne

En plaçant le public sous les acrobates, la compagnie galloise nous entraîne au cœur de cette dimension. On est au plus près de l’action, pris par le rythme effréné que diffuse le spectacle. On s’écarte rapidement quand les lourds échafaudages sont déplacés pour assembler les structures des voltigeurs.

L’esthétique est résolument trash, urbaine et métallique, et en même temps gracieuse, subtile et soignée. Et grâce aux immenses hauteurs, tout nous paraît grandiose. Cette robe de mariée géante, couverte de pétales rouges, ou ces étranges cabines à rideaux de perles, qui virevoltent au-dessus de nous, les images sont belles et efficaces.

Pourtant, sous ses allures hyper modernes, Bianco est en fait assez traditionnel. La forme mêle le nouveau cirque, le spectacle de rue et le concert. Mais le fond reste très proche du cirque à l’ancienne. Sans véritable lien ni scénarisation entre eux, les numéros s’enchaînent, les uns après les autres, comme le font les cirques traditionnels depuis des décennies. La qualité des artistes et leurs performances ne sont pas en question. Ils font le show, et le font très bien. Peut-être un peu trop show, finalement…

Un dernier bémol, qui n’a rien d’artistique : le prix très élevé des places (28 euros tarif plein, 19 en réduit). A près de 100 euros la soirée pour un couple avec deux enfants, la dépense, pour beaucoup, est à ranger en catégorie produit de luxe.

JAN-CYRIL SALEMI
Février 2015

Photo : © Richard Davenport

Bianco se joue du mardi au dimanche, jusqu’au 15 février, au village chapiteaux du MuCEM, à Marseille, dans le cadre la Biennale Internationale des Arts du Cirque.

 


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org