Vu par Zibeline

Retour sur le concert de l' Orchestre de Philharmonique de Marseille au Silo

Abdel Rahman «le Pacha»

Retour sur le concert de l' Orchestre de Philharmonique de Marseille au Silo - Zibeline


Ce n’est pas Le Vaisseau fantôme que dirige Fabrizio Maria Carminati au Silo le 12 avril ! De fait, dans la vaste nef de l’ancien magasin à grain transmuté en salle de concert, l’Orchestre de Philharmonique de Marseille possède bien un «Capitaine», bondissant, électrique… C’est Wagner, cependant qu’il conduit à la baguette, Ouvertures des Maîtres Chanteurs de Nuremberg et de Tannhäuser : on les voudrait plus augustes, célestes quand on les trouve militaires, pompières, grossières… Avec le chef italien, c’est un peu «Chico» qui s’introduit au Venusberg ! Alors on ferme les yeux, car on se dit que la vue brouille parfois l’entendement… et l’orchestre joue bien, sans faille, ni accroc. Il aurait sans doute mérité une plus grande hauteur de vue, échelle de nuances dans l’équilibre des pupitres, un dessin plus précis des traits instrumentaux dans les tutti…

Aussi, quand il attaque la longue introduction orchestrale du 1er Concerto de Brahms, tranchante comme une hache… on prend peur ! Mais, ouf, le Silo trouve son «Pacha» ! Dès les premières mesures du piano, Abdel Rahman el Bacha impose son tempo, son style, sa vision détachée, puissante et articulée. Il marie le souffle romantique au lyrisme mystique, tire à lui l’orchestre, impose une écoute mutuelle, oscille entre la fusion et le combat, détaille… On renoue avec l’essentiel : la justesse du ton et l’émotion !

JACQUES FRESCHEL

Ce concert a eu lieu le 12 avril au Silo, Marseille

04 91 55 11 10

http://opera.marseille.fr

Crédit photo : Mitsuta