Vu par Zibeline

Double Fond d’Elsa Osorio aux éditions Métailié

À toutes voix

Double Fond d’Elsa Osorio aux éditions Métailié - Zibeline

Avec Double Fond, Elsa Osorio reprend, déplace et développe la passionnante histoire de Luz ou le temps sauvage, publié chez Métailié en 2000, et qui vient d’être réédité en poche. L’Argentine, la dictature, les disparus, le chantage, les enfants arrachés à leurs mères emprisonnées et torturées, le mensonge, les trahisons, tout ce qui avait bouleversé les lecteurs dans Luz, traduit en 20 langues et finaliste du prix Fémina, se retrouve dans ce nouveau roman qui a tout du polar, et est à nouveau publié chez Métailié et traduit de l’espagnol, remarquablement, par François Gaudry.

Comme dans Luz il faut quelques pages pour entrer dans le système narratif de Double fond, et en apprécier ensuite la construction remarquable ; car l’intrigue est double, solaire et sensuelle souvent, racontée en 1978 par Juana, une jeune mère victime de la dictature qui parle au fils qu’on lui a enlevé, puis par une jeune journaliste française qui enquête sur la mort d’une femme en 2004. A-t-elle été assassinée ? Est-elle Juana, ou bien Marie, ou cette Soledad disparue ? Et qui est ce Matias avec qui elle correspond ? Son fils ? Celui de Juana ? La réponse est donnée très habilement par le croisement des deux récits, où les révélations ne se chevauchent pas mais se complètent, où les voix qui apparaissent dans l’un trouvent dans l’autre l’explication de leur source. Le suspense est haletant, on change d’époque et de pays en s’attachant à chacun des personnages. Les femmes y aiment la vie et la vérité, le sexe et l’amour, et la force politique du roman vient autant de ce qu’on y apprend de la dictature argentine, des groupes armés et des trahisons, des tortionnaires impunis, que de ce qui apparaît de la société française : en 1978 lorsque Giscard est au pouvoir, et que certains Français appellent au boycott de la Coupe du monde de foot ; en 2004 lorsque la police, la justice et la bourgeoisie peinent à lever les voiles d’un passé douloureux, au nom d’une tranquillité égoïste. Les deux jeunes femmes, à 25 ans d’intervalle, transgressent et bouleversent les règles, épaulés par de beaux personnages masculins, parfois plus clairvoyants qu’elles, qui savent pleurer et aiment la mer, la photo et la vie.

Agnès Freschel
Janvier 2018

Double Fond
Elsa Osorio
Métailié 21 €