Vu par Zibeline

Gus, une vision mélancolique du monde par Sébastien Barrier

À plus, Gus !

Gus, une vision mélancolique du monde par Sébastien Barrier - Zibeline

Mal né, dernier de la portée, bigleux, noir (« c’est toujours la même histoire… »), Gus a été recueilli dans une poubelle et offert par son compagnon à une femme qui aurait préféré avoir un enfant. Il n’est pas gâté ce chat, et le sait. Alors il ne fait rien comme il faut, ou plutôt ne fait rien de ce qu’on attend d’un chat, devient un tyran malheureux qui perd ses dents et mange ses poils, « fait pleurer une petite fille rien qu’en la regardant dans les yeux », fait la sourde oreille aux câlins… Sombre héros que ce Gus-là, ou encore Gare à l’Usage Simplifié, Griffes Ultra Saillantes, Gueule Usée Splendide, entre autres !

L’asocial partira donc faire un stage au cours duquel il s’apercevra que d’autres ont autant, voire plus, de problèmes que lui –une girafe naine, un hippopotame anorexique, un poney raciste, un poisson chat obèse… Pas vraiment de quoi le remettre sur pattes tout ça ! Et puis un jour, rencontre lumineuse avec un congénère qui le regardera normalement, et avec qui il pourra parler librement, s’épancher, et qui le secouera. Faut bouger Gus, réagir !

Dans son premier spectacle écrit pour le jeune public, Sébastien Barrier ne perd rien de sa verve, de ces mots débités à la mitraillette qui irriguent ses spectacles depuis celui du bonimenteur marin breton Ronan Tablantec jusqu’au savoureux Savoir enfin qui nous buvons, et le plus récent Chunky Charcoal. Il retrouve d’ailleurs ses comparses le musicien Nicolas Lafourest, qui accompagne Gus à chaque étape de son épopée, et le dessinateur Benoît Bonnemaison-Fitte, illustrateur fin de quelques moments de vie du félin. À la batterie, Sébastien Barrier rythme le récit, chante, s’échappe dans de longs poèmes lyriques.

Comme toujours chez lui les histoires s’entendent à plusieurs niveaux, le récit n’étant qu’un prétexte pour dire sa vision mélancolique du monde, en dire plus qu’il n’y paraît, subtilement.

DOMINIQUE MARÇON
Février 2018

Gus a été joué le 23 janvier au Théâtre d’Arles

Photographie : Gus © Caroline Ablain


Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com