Vu par Zibeline

À mains levées, ou le quotidien d’une compagnie de CRS au théâtre

À plus d’un titre

• 30 janvier 2018⇒31 janvier 2018, 27 mars 2018⇒29 mars 2018 •
À mains levées, ou le quotidien d’une compagnie de CRS au théâtre - Zibeline

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano ont le sens du titre. Le nom de leur triptyque et ceux des trois volets qui le composent racontent à eux seuls une histoire pleine de pistes. La Beauté du geste réunit L’instant décisif, où les comédiens jouaient la genèse d’une pièce, et finira dans L’angle mort, future mise en scène du procès de ces acteurs qui se sont risqués à jouer cette année À mains levées, quotidien d’une compagnie de CRS. Vote à main levée, croquis à mains levée, lever la main sur quelqu’un ; le titre est riche, la sémantique développe l’imaginaire et l’attente.

Lumière froide, scène bi-frontale, vitrine cassée, l’atmosphère est oppressante. L’un joue à se suicider. Mais ce n’est ni drôle ni mortel. Le sang qui macule le bandeau soigneusement entouré sur la tête avant le coup de feu, c’est « fruits rouges, ou baies sauvages ». Au choix. Dérision du désespoir du CRS ? Un mitigé de distanciation et de constat brut. Un entre-deux un peu stérile, qui ne choisit pas son camp : poésie ou réalisme documentaire ? On se laisse parfois tenter par la piste du témoignage, « Y a pas de honte, y a pas de fierté », on suit les comédiens lorsqu’ils nous entrainent sur des voies oniriques (une belle scène avec drapeau français aux tonalités noir et blanc), mais on n’est finalement jamais assez porté par l’une ou l’autre direction pour savoir comment suivre de plus près les cinq gardiens de l’ordre. Et puis, lorsqu’ils nous font face, immobiles, presque muets, la pièce soudain prend corps. Au sens propre. Les CRS incarnent l’absurdité d’une société qui se protège d’elle-même. La trivialité des conversations hachées par l’attente, (« Vous sentez quelque chose ? ») se mue en sagesse désabusée (« On écoute et on se montre, comme à l’opéra »), puis en constat politique corrosif : « La seule chose qu’on défend, c’est la propriété. On monte la garde entre Pôle Emploi et les salons de thé. » Ils se retournent, d’un bloc. Toujours l’attente de l’incident à venir. On est maintenant derrière eux. (Tout) contre eux. Ces CRS conscients, même un peu brouillons, savent nous ouvrir les yeux.

ANNA ZISMAN
Janvier 2018

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano prendront la direction du CDN de Montpellier en janvier 2018.

À mains levées a été joué au Théâtre de la Vignette, Montpellier, du 5 au 8 décembre.

En tournée dans la région :

30 & 31 janvier 2018
Châteauvallon – scène nationale, Ollioules

27 au 29 mars
Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photo : AMainsLeve´es-©Jean-Louis-Fernandez


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr