Retour sur le festival électro Un autre air, à Marseille

A Marseille, Un autre air déconfine l’électroVu par Zibeline

Retour sur le festival électro Un autre air, à Marseille - Zibeline

DJ sets, live, danse, performances urbaines, repas et même speed dating au menu du festival de musiques électroniques marseillais.

Il est un peu plus de 17 heures, à la Friche la Belle de mai. Un horaire atypique pour assister à un festival électro. « Êtes-vous prêts à respirer un autre air ? », interroge un « aiguilleur » d’Ornic’art. Le collectif de performeurs urbains pluridisciplinaires va accompagner le public réparti en plusieurs groupes, lui raconter des histoires, parfois fictives, tout au long du parcours dans l’ancienne manufacture de tabac où il réside depuis 1995. Un Autre air se plaît à brouiller les pistes en bousculant les codes. En 2020, l’événement co-organisé par le Cabaret aléatoire et Bi:Pole avait eu lieu sur une plateforme numérique. Cette année, tout en tenant compte du contexte sanitaire, il a voulu apporter sa contribution à la redéfinition du rapport entre publics et artistes, en commençant par imaginer de nouvelles formes pour aborder l’univers des musiques électroniques. C’est d’ailleurs avec une performance chorégraphique et musicale que cet autre air nous est soufflé. Compositeur, orchestrateur et musicien concrétiste, Wladimir Schall et son instrumentarium sont installés place des Horizons, en surplomb des quartiers de la Belle de mai et Saint-Mauront. Aux piano, ordinateur et machines, il joue une musique électroacoustique, bande sonore pour huit danseurs et danseuses de la compagnie Rift du chorégraphe Liam Warren. Lui aussi s’adonne aux pratiques hybrides qui valorisent la corporalité. Des corps d’abord hésitants, instables, presque immobiles, qui finiront par prendre conscience de leur pouvoir d’appropriation de l’espace et de leur interconnectabilité voire de leur interdépendance. Entre les spectateurs assis au sol qu’il frôle, le ballet se forme et se déforme, en écho au son classico-futuriste de Schall. Direction le toit terrasse pour une séance de speed dating dont le seul but est de favoriser les échanges et sociabiliser l’expérience. Dans la foulée, une collation est servie pendant le set en binôme de TTristana et Christoff Riedel qui parviendront à faire danser les plus impatients. Aux alentours de 20 heures, en prémices de la fête finale, Abstraxion puis Borusiade sont les maîtres de cérémonie d’une boum où l’on découvre qu’une boule à facette, c’est tout aussi beau le jour. À l’électro décloisonnée du Marseillais succèdent les nappes sombres et planantes de la Roumaine installée à Berlin, sur lesquelles celle-ci pose sa voix caverneuse. Le prochain rendez-vous a lieu dans le nouveau parking sous-terrain de la Friche. La pionnière Jennifer Cardini, qui avait carte blanche pour la programmation de l’événement, est entourée de ses invités parmi lesquels Kendal, Pablo Bozzi ou encore Curses. Jusqu’au milieu de la nuit, Marseille prend des airs berlinois et la Friche se rêve en Berghain.

LUDOVIC TOMAS
Août 2021

Un autre air a eu lieu les 28 et 29 juillet, à la Friche La Belle de Mai, Marseille

Photos Un autre air 2021 © Naïri

A venir

Quelques jours après sa collaboration avec le Cabaret aléatoire, Bi:Pole rallume les amplis pour sa production maison. Le festival Le bon air déroule sa 6e édition les 11 et 12 août, toujours à la Friche La Belle de Mai. Entre les scènes du Toit terrasse et de la Boule à facette, la programmation convie une large palette d’artistes des musiques électroniques, des grands noms reconnus sur le plan international aux figures des scènes locales, en passant par les labels émergents. Le mercredi 11 se succèdent Extend & Play, Laurent Garnier, Glitter, Azu Tiwaline (live), Flore, Simo Cell et TTristana. Le lendemain, rendez-vous avec Goldie B, Zaltan, D.K., Palms Trax, Supercherie, Vikken, Krikor (live), NVST, Mika Oki, DJ 13NRV et Vazy Julie.

bi-pole.org

La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/