Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La Madrugada de Mandy Lerouge à Saint-Michel de Chaillol

À l’heure de Diane

• 18 janvier 2019 •
La Madrugada de Mandy Lerouge à Saint-Michel de Chaillol  - Zibeline

La Madrugada, cette heure crépusculaire où le jour hésite, donne son nom au spectacle délicatement tissé de poésie et de musiques de Mandy Lerouge. Quittant l’urbanité du tango, l’artiste nous convie à un parcours dans les campagnes du nord de l’Argentine, au cœur des provinces de Misiones et de Santiago del Estero. Là, guarani et quechua rencontrent l’espagnol. Les mélodies se fondent à la variété des paysages, et la voix de l’interprète se glisse avec bonheur dans ce répertoire qui joue avec la lumière. En cadeau, aux prémices du concert, devant une salle comble, les voix naïves des enfants de l’école primaire voisine entonnent le refrain de la berceuse d’Atahualpa Yupanqui, Duerme Negrito. Le petit dormeur sera protégé du « diable blanc » et du puma tandis que sa maman travaille, endeuillée, pour lui rapporter « beaucoup de choses »… sans doute les petits élèves se laissent aller à la magie du chant sans connaître la portée des paroles, ni l’implication du compositeur né à Tucuman contre les injustices. Les diverses pièces de Yupanqui, Ariel Ramirez, Ramόn Ayala, Linares Cardozo, Virgilio Carmona, Daniel Toro (…), évoquent la condition humaine, depuis ses petits drames individuels, à la solitude tragique de l’homme que la luna tucumana accompagne dans son voyage solitaire… Les mots de l’artiste sur scène croisent ceux des compositeurs. Les souvenirs résistent « au poignard de l’hiver ». Milonga, chamamé, zamba, chacarera soulignent de leurs rythmes la profondeur des évocations, vastes paysages qui se resserrent sur une couleur, une impression… fugacité du temps saisie dans les rets des mélodies, alors que « la musique pense dans les mains » des musiciens : Javier Estrella aux percussions, Felipe Nicholls à la contrebasse, Lalo Zanelli, enfin, dont les compositions irriguent le spectacle de leur lumineuse évidence. La jeune artiste, soutenue par la Cité de la Musique de Marseille et le Pôle des musiques du monde de l’Espace Culturel de Chaillol pour cette création, sait lui insuffler fraîcheur, grâce, humour. Le public savoure chaque instant avec délectation, comme les empanadas, ces succulentes spécialités de Tucuman !

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2019

Concert vu le 18 janvier, salle du Fayore, Saint-Michel de Chaillol

Photo:  Mandy Lerouge © Alexandre Chevillard