Vu par Zibeline

"Avignon à vie", lettre d’amour adressée aux gens de théâtre lue par Pascal Rambert à Châteauvallon

A la vue à la vie à l’amour

Pascal Rambert sait regarder tout autant qu’écouter et lorsque tout se tait il écrit ; son ode ferroviaire et fervente à la Ville-Théâtre confondue avec son festival -Avignon Avignon tout le monde descend- est une lettre d’amour adressée aux gens de théâtre, qui ne cesse de filer partout sans se perdre ni s’affadir. Ecrit en 2011 pour Denis Podalydès, dont on croit entendre les accélérations et les zigzags au cœur du texte avant même qu’il ne lui prête sa voix, Avignon à vie a d’abord fait l’objet d’un enregistrement pour France Culture avant d’être porté par l’acteur dédicataire sur la scène de la cour d’honneur en 2013 ; ce soir un chien aboie dans la pinède de Châteauvallon et le monologue fait encore un tour de piste plus modeste, plus intime mais tout aussi euphorisant. Un acteur (Podalydès paraît un peu fatigué mais l’érosion sied parfois aux monuments) livre à la main, la gauche puis la droite ou inversement, deux pas de côté, un en avant et en fond de scène ce grand pin que les spectateurs de l’amphithéâtre connaissent bien ; rien à dire ; l’exercice d’admiration de Pascal Rambert est contagieux et l’on se prend au jeu du «c’était quand ? c’était quand ? quelle année déjà et où ?», parfois on y était et de toutes façons on y est tellement, le texte est juste dans la simplicité du souvenir et la fraîcheur des sentiments. De la prose -non ce n’est pas le Transsibérien mais le rythme le rythme oui- et des vers, libres ou alexandrins, de mirliton -personne ne prétend le contraire justement- pour réveiller des moments de bonheur. Les noms et les moments s’égrènent «Avignon TGV Avignon TGV/Assurez-vous de n’avoir rien oublié» parfois en malicieuses litanies «Vous les metteurs en scène des années quatre vingt/Vous les metteurs en scène des années quatre- vingt/Vous…» etc. jusqu’à l’ultime rime de «deux mille vingt». Le chien aboie toujours et on a envie que ça ne s’arrête jamais ! ! !

MARIE JO DHO
Juillet 2015

Avignon à vie a été lu à Châteauvallon, Ollioules, le 4 juillet

Photo : Avignon-a-vie-c-Christophe-Raynaud-De-Lage


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com