Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

En chemin, pièce de Gustavo Giacosa jouée au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

À la rencontre de cet autre moi

Vérifier les jours off sur la période
En chemin, pièce de Gustavo Giacosa jouée au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence - Zibeline

La compagnie SIC.12 de Gustavo Giacosa poursuit son compagnonnage avec le Bois de l’Aune, en présentant En Chemin, 3e volet du triptyque amorcé avec Ponts suspendus (2014) puis La Maison (2016). Quatre personnages, assis en cercle, conversent au centre du plateau. Baignant dans une lumière fauve alors que les autres acteurs sont éclairés d’une blancheur crue, debout, un être se tient la tête, cherche à échapper aux mots en voix off que miment les assis, puis les tue. La tension, insupportable, se traduit par la danse vide des mains torturées qui émergent de l’ombre… Le sommeil enveloppe le personnage qui traverse en un songe halluciné un patchwork de saynètes disparates où apparaissent les figures tutélaires du père, de la mère (Francesca Zaccaria), sous divers avatars, violence de la ceinture paternelle prête aux coups, seins « felliniens » de la mère nourricière, auréole de la Madone des Douleurs, ou reine sado-maso entre fouet et pole dance… On peut aussi y trouver une condamnation de l’emprise de la religion et de la société de consommation… Les acteurs, dont deux (Kostia Botkine et Philippe Marien) issus de la « S » Grand Atelier (Centre de création pour artistes mentalement déficients), jouent avec justesse. Akira Inumaru, plus connu pour ses talents de peintre, évolue dans ce monde où fantômes et illusions se mêlent. À la beauté des lumières se conjugue la partition musicale de Fausto Ferraiuolo qui l’interprète sur scène. Sens aigu de la mélodie, délicatesse onirique de la composition, habitent l’espace, et accordent une unité à l’ensemble désordonné où passent les figures énigmatiques d’un pingouin et d’une tortue, et un fil rouge (cordon ombilical impossible à couper ?). « Pour moi, ce spectacle est un chemin de libération et constitue un tournant dans mon itinéraire personnel, explique Gustavo Giacosa, qui précise les modalités de son travail, dans lequel l’improvisation tient une grande place. Il est difficile d’expliquer la pièce, c’est de la poésie visuelle, avec des zones libres ouvertes inexpliquées ». « Le chemin c’est aller à la rencontre de l’autre », affirme-t-il. Ou d’un bon mal de crâne ?

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2018

En chemin a été donné les 29 et 30 novembre au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photo : En Chemin © Amandine Nandrin


Salle du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr