Le Sacre du printemps, ou le sens du mouvement collectif de Jean-Claude Gallotta

À chacun son SacreVu par Zibeline

Le Sacre du printemps, ou le sens du mouvement collectif de Jean-Claude Gallotta - Zibeline

Pas de rite mortifère sur l’autel du dieu du printemps, pas de glorification ni de promesse de rédemption, le Sacre de Jean-Claude Gallotta est à son image d’éternel adolescent : frénétique, insouciant. Et conforme à la première version de l’œuvre qu’il écoutait déjà sur son vieux Teppaz… Bien sûr l’ombre des maîtres (Béjart, Bausch, Graham, Kantor, Vigo) plane sur sa création, mais il s’en libère sans complexes pour tutoyer Igor !

Le chorégraphe a fait le choix d’introduire «son» Sacre de deux courtes mises en bouche, elles-mêmes précédées d’un cri strident et joyeux. Dans Tumulte, il fait entendre le souffle de la danse, ses trépidations, ses rebondissements, l’élan du printemps annoncé ; dans le solo Pour Igor, la danseuse Céline Renard évoque le parcours du compositeur, ses rencontres, ses amours tandis que des portraits vidéo se superposent aux danseurs qui entrent sur le plateau. Chemises blanches, assis en cercle comme les vieux sages imaginés par Stravinski dans sa «cérémonie païenne», dos au public : le Sacre peut commencer ! Une heure durant, les corps vont se libérer, de leurs vêtements et de leurs entraves, pour chevaucher ensemble, transpirants. Jean et soutien-gorge pour les femmes, slip et chaussettes pour les hommes, peu importe les corps imparfaits, les silhouettes alourdies et les cheveux qui collent : Jean-Claude Gallotta les fait exulter sans discontinuer et en tous sens au plus près du déchaînement de la musique. La folie gronde par deux ou par grappes quand sur le plateau la troupe s’affole, saute, virevolte, court dans un chaos parfaitement millimétré. On pourrait reprocher à Gallotta d’être encore et toujours un chorégraphe impétueux, voire sautillant comme lorsqu’il salue le public, mais son sens du mouvement collectif fait ici merveille.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2015

Le Sacre du printemps a été donné au Grand théâtre de Provence, à Aix-en-Provence, les 24 et 25 avril

Photo : Le-Sacre…-c-Guy-Delahaye

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net