Askip du Begat Theater au collège de la Belle de Mai

À ce qu’il paraît, c’était super !Vu par Zibeline

• 26 janvier 2021⇒29 janvier 2021 •
Askip du Begat Theater au collège de la Belle de Mai - Zibeline

Depuis 25 ans, le Begat Theater ne joue jamais ses spectacles sur des scènes de théâtre, mais dans l’espace public, qu’il soit urbain, naturel ou entre les deux. Et ASKIP* (À ce qu’il parait), créé en 2018, (texte de Patrick Goujon), ne se joue que dans les collèges. Le 28 janvier, c’était pour une classe de 5ème option théâtre au Collège de la Belle de Mai, représentation programmée par théâtre Massalia. Dans le CDI, les élèves sont répartis en trois groupes : Marqueur, Pochette, Pince. Karin Holmström, la metteure en scène, explique : « Au cours du spectacle, qui va se dérouler un peu partout dans le collège, ces objets vont vous apparaître. Il s’agira pour chaque groupe de suivre le sien, où qu’il aille, comme des souris invisibles et discrètes. » Le groupe Marqueur est amené jusqu’aux sanitaires. Derrière une porte, une voix féminine tonitruante prépare le vol d’une fusée interstellaire, qui décolle dans un vacarme de chasse d’eau. La porte s’ouvre, et Eliza (Clémentine Ménard) apparaît, petite teigne brune, en bonnet et sac Eastpak, un marqueur bleu à la main. Elle trace rapidement des constellations en Z sur les carreaux blancs au-dessus des lavabos, avant de se propulser en bougonnant à travers cour, escaliers, coursives extérieures, jusqu’à la salle de classe où l’attend, scruté par le groupe Pochette, Fréderic Maran (Stephan Pastor), professeur de français, « à qui il manque un R et un T », en veste et col roulé. Quelques minutes plus tard apparait Bruno (Jean-Marc Fillet), agent de maintenance en combinaison de travail, suivi de près par le groupe Pince. C’est son dernier jour avant la retraite, il vient pour une réparation dans le faux-plafond de la classe. Entre les trois, des échanges brefs, faits d’indifférence plus ou moins polie et de préjugés réciproques, semblent donner le ton. Mais rapidement, des monologues intérieurs, prononcées à haute voix, s’insèrent dans ces dialogues, troublant les contours des personnages, esquissant leur fragilité, leur solitude. Eliza, Frédéric et Bruno vont reprendre chacun leur chemin, puis, dans des espaces ouverts, fermés ou dérobés du collège se croiser à nouveau. Discrètement, marqueur, pochette, pince vont changer de mains. Chacun découvrira, à la dérobée, chez les autres, une proximité inattendue, des échos de ses propres fêlures intimes. Accélérations, ralentissements, hésitations, arrêts. ASKIP* propose l’expérience d’une écriture et d’une mise en scène mêlant distance et empathie, liberté et précision, portée par des comédiens au diapason. Et les petites souris, à la fin, les yeux brillants, redevenues collégien(ne)s, s’écrieront : « C’était super ! ».

MARC VOIRY
Février 2021

ASKIP* était présenté du 26 au 29 janvier au Collège de la Belle de Mai à Marseille

Photo : Askip au collège Belle de Mai 28.02.21 © M.Voiry

Théâtre Massalia
41 Rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 70
http://www.theatremassalia.com/