Lu par ZibelineDeux petites filles de Cristina Fallarás paru aux éditions Métailié Noir

À Barcelone, la vie se paye cash !

• 16 novembre 2013 •
Deux petites filles de Cristina Fallarás paru aux éditions Métailié Noir - Zibeline

Loin des Ramblas pour touristes, les quartiers excentrés sont vérolés par les centres commerciaux, habités par des zombis, des junkies, des malfrats à la petite semaine et des gros calibres. C’est là que Victoria Gonzalez a choisi d’ouvrir son bureau de détective privé, là où «le sauna des rues fleure bon l’urine» et où «dieu a les traits d’un dealer qui a lu deux ou trois livres». L’ex-rockeuse y a ses repères, ses indics, ses fantômes. Et ses peurs aussi. Plongée jusqu’au cou dans ce gourbi infâme elle va enquêter sur la mort de deux fillettes, sans connaître son commanditaire, mais en croisant tous ses vieux démons… Le style de Cristina Fallarás est franco de port et n’épargne aucun détail morbide, aucun tourment, aucun repli des corps avachis ou rachitiques, aucune noirceur des âmes ; l’horreur, et même l’innommable déverse son torrent de phrases. Comme si, en avançant vers la vérité, l’héroïne nous enfonçait un peu plus avec elle dans un putain de piège du diable ! Car le crime tisse sa toile d’araignée à coup de rebondissements et de fausses pistes, à l’image de l’anarchie de la ville, scrupuleusement dépeinte, et aux doutes de Victoria et de ses acolytes plus fêlés les uns que les autres. Entre quelques rouleaux d’euros, deux packs de bière, trois putes, des pratiques sexuelles perverses, une famille bourgeoise haïe, une mère alcoolique et le souvenir d’une jeunesse foutue, Victoria réussira pourtant à se frayer un chemin vers la lumière, perdant au passage ce qu’elle avait de plus cher au monde. Sa petite fille à naitre.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Novembre 2013

Cristina Fallarás participera à la rencontre L’Espagne subit la crise économique, comment les écrivains réagissent-ils ? du 16 novembre à la Fête du Livre de Toulon

Deux petites filles
Cristina Fallarás
Traduit de l’espagnol par René Solis
Métailié Noir, 17 €