Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Années d’Annie Ernaux entrent au théâtre

70 ans en une heure

• 6 juillet 2018⇒22 juillet 2018 •
Les Années d’Annie Ernaux entrent au théâtre  - Zibeline

Gageure réussie que celle de rendre compte de l’œuvre d’Annie Ernaux, Les Années (Gallimard, 2008) en une forme musicalement théâtralisée ! Les deux comédiens-chanteurs, Alain Klingler (aussi au piano) et Muriel Roux, se livrent avec bonheur à cet exercice dans la mise en scène en épure de Christophe Roussel. Cette autobiographie qui refonde le genre, rend compte avec finesse et humour d’une véritable mémoire collective, saisit avec une fine intelligence l’esprit de chaque époque, préoccupations, discussions, mœurs, dans leur évolution, sociale, linguistique, économique et politique. Les deux acteurs parcourent l’ouvrage à travers un découpage pertinent, dans lequel le personnage principal s’efface derrière une troisième personne,  en une narration à la fois intime et plurielle.

Toute tentation narcissique est niée par une contextualisation globale.  Le récit est hanté d’« images crépusculaires, (…) réelles ou imaginaires » ; la distance qu’apporte la mémoire même la plus vertueuse aux faits, aux choses, autorise fragmentations, rapprochements, esthétique en patchwork, sans hiérarchie, pêle-mêle, une marque publicitaire côtoie un évènement historique, une scène innocente d’enfance les délations nocturnes à la Kommandantur… texte dictionnaire, qui arpente quelques soixante-dix ans (des années 40 à nos jours) en usant principalement du prisme de la condition féminine, mais aborde aussi les Trente Glorieuses, la crise des années 70, le néo-capitalisme des années 80, l’ultralibéralisme des années 2000…

Les passages dits, lus, joués, s’entrelacent aux chants qui ont marqué les imaginaires, Les divorcés de Michel Delpech, C’est extra de FerréBarbara glisse par là sa voix prenante et la chanson qu’elle composa pour Mitterrand lors de son accession à la présidence, Mouloudji, Gérard Manset… On sourit, on se souvient, humus commun, écho de conversations anciennes, photographies sépia, puis en couleur… Une série de vignettes délicates, cocasses ou tragiques, jalonne le temps auquel les deux comédiens donnent chair. Le rythme des phrases, qui alternent entre une esthétique lapidaire et de longs et lyriques développements, accorde son intense musicalité aux rêveries pianistiques d’Alain Klingler. Le souvenir devient sensation, et si le détachement du sage prépare à la fin, une sorte de plénitude semble atteinte, nourrie des volutes musicales et d’une « langue (qui) continuera à mettre en mots le monde ».

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2018

Festival Off Avignon
Les Années
Jusqu’au 22 juillet, 11h
Théâtre des Lilas
04 90 01 90 32

Photographie : les Années @ Karim Houari