Vu par ZibelineDes rencontres littéraires intenses entre Mustapha Benfodil et Peuple et Culture !

7 jours chrono avec Mustapha Benfodil

Des rencontres littéraires intenses entre Mustapha Benfodil et Peuple et Culture  !  - Zibeline

En décembre Mustapha Benfodil, journaliste et écrivain algérien, était en résidence à Peuple et Culture Marseille, dans une ville à laquelle il est très attaché. Comme à l’accoutumée, il donne sans compter et captive les élèves des lycées Mistral et Thiers avec Les six derniers jours de Baghdad-Journal d’un voyage de guerre, texte personnel rédigé pendant la guerre en Irak (2003-2004) et Le point de vue de La Mort, pièce de théâtre tragique et crue sur les Algériens qui s’immolent par le feu. À la Minoterie, le Cabinet des Lecteurs propose à un large public une très belle lecture d’extraits, notamment, de Clandestinopolis, ou l’Archéologie du Chaos (amoureux), roman déstructuré et subversif sur l’Algérie contemporaine et le politique réinventé par un mouvement artistique anarchiste, Les Anartistes. La rencontre se poursuit par un échange autour du carrefour linguistique : Mustapha Benfodil jongle avec le français à l’écrit, l’arabe à l’oral, et le kabyle, sa langue maternelle ; pour lui, l’écriture d’un nouveau roman suppose toujours un langage à redécouvrir.

À la librairie Histoire de l’œil, les auteurs Nunzia Benedetti, Mustapha Benfodil, Sarah Kéryna, Vincent Laugier et Nicolas Tardy donnent à entendre leurs « écrits en chantier », dans un collectif soucieux d’échanges artistiques et sensibles. Et c’est AlChérie, Journal Intense, un roman inédit et plus que jamais brûlant, que livre l’auteur au plus fort de son écriture-manifeste, un texte pétri des « saillies, sagesses, fulgurances, patois populaires d’où suinte le cambouis de la machine sociale ». Le documentaire Contre-pouvoirs de Malek Bensmaïl, en avant-première au Gyptis, met en exergue le travail des journalistes du quotidien algérien El Watan au moment de l’imminente réélection du chef d’État Abdelaziz Bouteflika. Membre du journal, investissant le champ social, Mustapha Benfodil enquête sur les bidonvilles, photographie les graffitis, donne la parole à ceux qu’on oublie. Engagé politiquement dans le mouvement « Barakat » (« ça suffit »), il pousse un grand coup de gueule contre le 4e mandat présidentiel. La projection est suivie d’un débat sur la presse indépendante et de son financement. L’État algérien ne soutenant que les journaux pro-Bouteflika, El Watan, qui essuie les frais de procès chroniques, ne peut compter que sur son million de lecteurs francophones et la publicité. Malek Bensmaïl évoque aussi les difficultés de diffusion de ses documentaires en Algérie : aucun financement, pas de diffuseurs et des salles de cinéma réduites à peau de chagrin ! Alors pour exister, pour résister, pour toucher le plus grand nombre, le film devra emprunter le chemin d’un marché parallèle…

MARION CORDIER
Janvier 2015

Mustapha Benfodil était invité par Peuple et Culture Marseille du 7 au 13 décembre

Contre-Pouvoirs de Malek Bensmaïl est sorti en salle en France le 27 janvier 2016

Photo : Soirée de projection de contre pouvoirs de Malek Bensmaïl à laquelle participait Mustapha Benfodil © Peuple & Culture Marseille