Le bandéoniste Victor Villena & friends envoûtent le château de Tallard et le public du Festival de Chaillol avec leurs tangos argentins !

Un dernier tango au château !Spectacle partenaireVu par Zibeline

• 21 juillet 2016 •
Le bandéoniste Victor Villena & friends envoûtent le château de Tallard et le public du Festival de Chaillol avec leurs tangos argentins ! - Zibeline

Le bandéoniste Victor Villena est un fidèle de Chaillol, de sa saison de « Week-end musicaux » comme de son festival d’été. Il revient pour les vingt ans de la manifestation tout spécialement concoctée par l’équipe de Michaël Dian, pour y proposer des pièces de tango chères à son cœur, à sa mémoire : tango d’hier, parfois centenaire comme El Choclo ou Caminito, mélodie sifflé par son père (Nunca Tuvo Novio) ou murmurée en berceuse (Loca de Amor)… tango d’aujourd’hui signé Adrien Politi (Melancolia, Un Secreto, El Vino del Olvido) ou Alejandro Schwarz (Despertar), guitariste qui l’accompagne dans la petite salle voûtée du Château de Tallard, nimbée de lumière orangée (tango!) et pleine à craquer. Deux autres compères les suivent dans cette dernière soirée alpine, aventure qui fait suite à la parution d’un bijou de disque dont ils jouent l’intégralité du programme (« Tango » paru sous le label Ruta Records) : le contrebassiste Mauricio Angarita complète le trio auquel s’agrège volontiers le guitariste néerlandais et complice Kay Sleking. En solo, duo, trio ou quartet, les musiciens enchantent le public avec des valses enivrantes, tendres (Maypa, Palomita Blanca), ou la syncope naturellement déhanchée du binaire tango argentin qui sera magnifié, en bout de programme, par un cri d’amour au monument Piazzolla et son Adios Nonino ! Autres instants fort du programme : le solo sensible à la guitare d’Alejandro Schwarz sur Milongueo de Aver et la découverte d’une jeune compositrice (chose plutôt rare dans un univers traditionnellement masculin) Sonia Possetti et son Dulce Casero traité dans un style léger, très intéressant et séduisant, sur un rythme d’origine uruguayen-brésilien…

Ici un son, pur, naît du silence avant de se répandre et déverser dans la belle acoustique une ribambelle de notes sous les doigts généreux de Victor Villena qui pianotent en liberté, grattent ou virevoltent sur les touches, alors que son serpent de soufflet halète avec une formidable puissance expressive et une grande sensualité. C’est la mélancolie propre aux porteñe qui perle sur les cordes des guitares ; les harmonies suaves colorent des arrangements élaborés avec goût… Et la contrebasse donne de la profondeur à la matière sonore, en pizzicati alertes, à l’archet classique, en percussions claquantes… le maître colombien ne chôme pas !

Un concert (soutenu par « Musique Nouvelle en Liberté ») qui ravit le public, se levant comme un seul homme entre les bis qui prolongent  la belle nuit alpine !

JACQUES FRESCHEL

Juillet 2016

Festival de Chaillol jusqu’au 12 aoûtvictor-villena-tango-trio-arg_1

www.festivaldechaillol.com

Photos : Alexandre Chevillard / D.R.

CD Ruta Records (sil359): « Tango ». Victor Hugo Villena Trio & Kay Sleking.

www.silvox.nl

www.victorvillena.fr