Politique culturelle:Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur : vers des Assises de la Culture ?
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur : vers des Assises de la Culture ?

Construire et veiller

Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur : vers des Assises de la Culture ? - Zibeline

Le Groupe Culture Provence-Alpes-Côte d’Azur poursuit son travail…

… en vue de faire des propositions concrètes aux instances de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, comme elle aime à présent à se nommer.  Le Président Renaud Muselier, alerté par ce Groupe en mai sur des dysfonctionnements et des inquiétudes à propos de la politique culturelle régionale, s’est montré ouvert au dialogue au point de l’inviter à élaborer des propositions concrètes en vue d’Assises de la Culture qui auront lieu en octobre. Le Groupe, accueilli au Festival d’Avignon, a composé des commissions de travail transversales, du spectacle vivant au cinéma, qui ont commencé à plancher sur la création, la diffusion, la formation, la liberté et la censure économique, l’action artistique et culturelle.

Tous veulent cependant continuer à veiller et alerter sur les difficultés catastrophiques des compagnies, artistes, petits festivals et petits lieux, difficultés dues à des baisses de financement conjointes des collectivités, et à la fin des emplois aidés, CAE, dispositif d’État, mais aussi postes ADAC, dispositif régional. Le chômage technique puis la fermeture guettent un nombre de lieux impressionnant, et les directeurs de structures portant label national, nombreux dans le Groupe, ne cessent de le répéter : « Si on néglige la diversité des opérateurs et le fonctionnement des compagnies, si on ne cesse de réduire les enveloppes destinées aux aides directes à la création, nous ne pourrons pas compenser même avec des augmentations de budget : nous sommes là pour programmer, coproduire, accompagner la création auprès des publics et fonctionner nous-mêmes. Pas pour financer le fonctionnement des compagnies, que plus personne ne prend en charge ».

Financer n’est pas saupoudrer

Lors de la conférence de presse déclinant la politique culturelle de la Métropole, il était question d’« éviter le saupoudrage ». C’est ainsi que la plupart des collectivités nomment aujourd’hui le fait d’aider au fonctionnement les petites structures. À cette mission, elles préfèrent substituer l’aide aux opérateurs, voire le fait de devenir opérateurs elles-mêmes ; ce qui leur permet d’être plus visibles, de passer commande et appel d’offre et d’orienter le travail des artistes en leur fixant un cahier des charges. Bref, de maîtriser l’économie, mais aussi les contenus, de la création artistique.

Ce n’est, pour l’heure, pas la politique de la région Sud. Mais le Groupe Culture veut élargir son action auprès des collectivités, en particulier auprès du Département 13, et de l’État qui a lui aussi réduit ses aides à la création et ses conventionnements aux compagnies depuis des années, jusqu’à l’étranglement que les artistes et les lieux indépendants vivent actuellement.

AGNÈS FRESCHEL
Juillet 2018

Pour rejoindre les groupes de travail du Groupe Culture Sud, écrire à groupeculturepaca@gmail.com

Photo : Nick Youngson CC BY-SA 3.0 Alpha Stock Images