Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le e-PASS jeunes, accès à la culture pour les jeunes de la Région Paca

Chaque jeune aura son pass

Le e-PASS jeunes, accès à la culture pour les jeunes de la Région Paca - Zibeline

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur lance un e-PASS jeunes, un cadeau pour tous les lycéens et apprentis. Entretien avec Renaud Muselier, Président de la Région PACA qui est fier de ce nouvel outil.

Zibeline : Il existait lors des mandatures précédentes des chèques culture destinés aux jeunes, que Monsieur Christian Estrosi a supprimés. En quoi ce dispositif est-il différent ?

Renaud Muselier : Les chèques culture étaient un dispositif figé et coûteux. Les chèques n’étaient pas tous utilisés et durant les dernières années il y avait peu de demandes. Je ne veux pas porter de jugement sur l’efficacité mais nous avons remis le dispositif à plat et nous repartons sur des bases très saines, avec de nouveaux partenaires culturels volontaires. C’est un dispositif construit avec les jeunes, en particulier le Parlement des jeunes. Notre e-PASS, avec son site et son appli, est plus moderne, et d’un usage plus facile qui correspond mieux à leurs habitudes. Ce n’est pas un combat idéologique contre la mandature précédente que nous voulons mener ! Ce dispositif est pédagogique, il faut qu’il fonctionne et donne aux jeunes la volonté de choisir, et la liberté d’action.

Les jeunes présents ce soir étaient très enthousiastes. L’e-PASS a-t-il déjà suscité des inscriptions ?

Oui, c’est un véritable succès. Le 30 novembre, à l’heure du lancement, il y a déjà 33 800 inscrits, et 1000 par jour supplémentaire. Ce dispositif est potentiellement ouvert à 270 000 lycéens et apprentis, ou étudiants et stagiaires en formation professionnelle. La Région leur offre une carte qui vaut 60 euros, soit 28 euros de livres, 12 euros de cinéma, 10 euros de spectacles et 10 euros pour financer des sorties dans le cadre scolaire. Cela augmente leur pouvoir d’achat, et facilite leur accès à la culture. Pour certains cela sera leur premier budget à gérer.

60 euros pour 270 000 jeunes, cela représente potentiellement un coût important pour la Région, qui va payer directement les partenaires. Cela a-t-il été inscrit au budget ?

Evidemment. Mais peut-être faudra-t-il, au vu du succès, augmenter l’enveloppe prévue… Nous serons contents de le faire si nécessaire, cela voudra dire que beaucoup de jeunes se sont inscrits, ont acheté des livres, sont sortis au spectacle… Et ce dispositif est évolutif : nous envisageons dès la rentrée prochaine de l’élargir aux activités sportives.

Comment les partenaires, cinémas, salles de spectacles, librairies, sont-ils choisis ?

Il faut qu’ils s’inscrivent, simplement. Nous ne voulons pas être prescripteurs, et choisir les partenaires, mais nous allons veiller à privilégier plutôt des librairies et cinémas indépendants que des chaînes, et à ce que l’offre soit complète sur tout le territoire. C’est à cela que les équipes ont travaillé, pour que chaque jeune puisse, près de chez lui, trouver la librairie ou le cinéma qui accepte le PASS. Pour l’instant il y a près de 400 partenaires, musées, lieux d’exposition, salles de spectacle vivant, cinémas, librairies. Et des partenaires nouveaux s’inscrivent tous les jours, et proposent aussi des « bons plans ».

C’est-à-dire ?

Au-delà du fait d’accepter le paiement par l’e-PASS, les structures culturelles peuvent se servir du site et de l’application pour inviter les jeunes à des avant-premières, des rencontres avec des auteurs, des répétitions, des visites d’équipements, des tournages, des ateliers gratuits. Les partenaires diffuseront aussi des propositions à prix réduit pour les détenteurs de l’e-PASS. C’est aussi un moyen de communiquer, et d’autonomiser les jeunes, de susciter de nouvelles envies.

De s’exprimer aussi ?

Oui, une plateforme leur est ouverte sur le site, pour donner leur avis, se regrouper pour sortir ensemble, échanger leurs impressions. Cela peut vraiment modifier leur façon d’accéder à la culture si les inscriptions, comme nous l’espérons, sont massives.

N’y a-t-il pas un risque, puisque vous ne voulez pas être prescripteurs, que les jeunes profitent de ces chèques pour consommer des produits culturels peu intéressants, des blockbusters, des livres à la qualité douteuse…

C’est pour éviter cela que nous portons une attention particulière aux partenaires !

Entretien réalisé par AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2017

Les inscriptions se font sur e-passjeunes.regionpaca.fr

Photo : -c- Jean-Pierre Garufi