Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

L'hommage de Zibeline à Charles Aznavour

Aznavour s’est tu

L'hommage de Zibeline à Charles Aznavour - Zibeline

Le chanteur français le plus connu dans le monde est décédé à 94 ans, le 1er octobre, d’un œdème pulmonaire, dans sa propriété de Mouriès dans les Alpilles (13)

On avait fini par le croire immortel. Shanourh Varenagh Aznavourian de son vrai nom -n’en déplaise à Zemmour–  revenait d’une tournée au Japon et ne comptait pas s’arrêter là, malgré plusieurs « adieux ». Fils de migrants arméniens, il est auteur ou co-auteur de plus d’un millier de chansons. Dernier des grands noms de la chanson française, il a été consacré « chanteur de variété le plus important du xxe siècle » par CNN et le Times devant Bob Dylan, Frank Sinatra et même Elvis Presley. Un monument du patrimoine culturel national qui a démarré sa carrière dans les années 40, en duo avec Pierre Roche, avant de se lancer en solo, encouragé par Edith Piaf. Le succès ne sera pas dès le début au rendez-vous, le chanteur ayant essuyé des critiques sur sa voix, voire son physique.

C’est entre 1955 et 76 qu’il livre ses plus célèbres standards, de Sur ma vie à Mes emmerdes, en passant par Je m’voyais déjà, Les comédiens, La mamma, Hier encore, La bohème, Emmenez-moi et Comme ils disent, première chanson consacrée explicitement à l’homosexualité (sans éviter quelques clichés mais nous sommes en 1972). Auteur, compositeur et interprète, Charles Aznavour évoquait les relations humaines, et particulièrement amoureuses, dans un langage simple, sans détour et parfois crûment. Le résultat pouvait être d’une grande beauté (Non, je n’ai rien oublié) comme des plus sexistes (Tu t’laisses aller). Dans la lignée de Maurice Chevalier et Yves Montand, il apparaît également sur les grands écrans, notamment pour Truffaut dans Tirez sur le pianiste.

Après le grand tremblement de terre de 1988 en Arménie, Aznavour use de sa notoriété pour entraîner un large mouvement de solidarité. Depuis, son engagement pour le pays de ses aïeux n’a jamais cessé, à travers différentes missions comme celle d’ambassadeur et de représentant à l’Onu. Derrière l’image d’un artiste sensible à la cause humanitaire, l’auteur de Trousse-Chemise n’était pas franchement un progressiste (soutien de Giscard puis de Sarkozy). Exilé fiscal en Suisse et au Luxembourg avec une fortune estimée à plus de 100 millions d’euros, il pouvait autant s’enorgueillir d’avoir été proche du résistant de l’Affiche rouge Missak Manouchian que de se déclarer récemment favorable au « tri des migrants ». Une personnalité équivoque dont on préfère se souvenir du répertoire. A Marseille, ainsi que l’a décidé Jean-Claude Gaudin, la salle de spectacle le Silo portera désormais le nom du chanteur

LUDOVIC TOMAS
Octobre 2018

Photo : Charles Aznavour -c- CC – Wijjjilihgw