Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Entretien avec François Cervantes, metteur en scène résident de la Friche

Au-delà de Franck

• 7 février 2014⇒9 février 2014, 14 février 2014⇒16 février 2014, 21 février 2014⇒23 février 2014 •
Entretien avec François Cervantes, metteur en scène résident de la Friche - Zibeline

La Trilogie de Franck est présentée à la Friche durant trois week-ends. L’occasion de revoir La Table du Fond et Silence, créés en 2006 et 2009, et de découvrir Le Soir, dernier volet de la trilogie de l’écolier, de ses parents, de l’école et des livres (voir  https://www.journalzibeline.fr//critique/franck-et-le-silence/). Nicole Choukroun et Stephan Pastor y sont magistraux, le texte de François Cervantes est riche d’émotions et très subtilement construit, les 3h40, avec deux entractes, passent comme lors d’un beau voyage en commun. Mais l’avenir de l’auteur metteur en scène, résident de la Friche, est-il pour autant assuré ?

Zibeline : Au cœur de ce nouveau pôle théâtre, où en sont vos projets de permanence artistique ?

François Cervantes : Le projet a été unanimement reconnu dans sa qualité… Mais cela n’a été suivi d’aucun effet. Les tutelles ne m’ont pas lâché, mais pas non plus protégé. Aujourd’hui notre «permanence» ici se réduit à jouer durant trois week-ends, soit 9 dates.

Mais pourquoi ce désir de permanence artistique ?

Parce que c’est ainsi que les choses se construisent. Quand un groupe d’acteurs a l’habitude de travailler ensemble souvent, de créer et reprendre et diffuser les pièces, qu’ils ont ensemble 12 pièces en mémoire, qu’un rapport régulier s’instaure avec le public… Le modèle du Centre dramatique est aujourd’hui une vieille figure, il faudrait retrouver l’esprit de troupe, l’idée de répertoire.

Le pôle théâtre ne peut-il permettre cela ?

Il est né il y a deux ans mais il est toujours à l’étude et ne sait pas où il va… Si Massalia n’était pas là on en viendrait à jouer à la recette, ici, dans ce lieu conçu comme une coopérative ! Donc on travaille pour sauver notre peau, mais le projet de permanence est en coma provoqué. Il faudrait une volonté politique, c’est un projet politique, qui demande à s’interroger sur l’argent que les collectivités peuvent mettre dans la création, dans la production, pour que les artistes puissent changer le rapport au public dans la durée, installer les choses.

Mais le nouveau lieu est très beau !

Oui, mais dans le même temps les salles sont perçues comme trop belles pour recevoir des expériences et des laboratoires. La dimension coopérative est saccagée, par la pensée même qui a déclenché des travaux qui nous ont dotés d’un outil enfin opérant. L’artisanat du théâtre doit se garder des conditions de production industrielles…

Entretien réalisé par AGNÈS FRESCHEL
Février 2014

Ecouter aussi notre entretien avec François Cervantes sur la WebradioZibeline.

La Trilogie de Franck est jouée jusqu’au 23 février (vend, sam et dim) à La Friche
04 95 04 95 75
www.theatremassalia.com

À noter :

Sur le Chemin de l’école, l’art et l’école en Dialogue, une rencontre sous forme de conversation publique. Avec Didier Abadie , Nathalie Cabrera, Philippe Delaigue, Michea Jacobi, Régis Sauders, Jean Luc Weinich, Joelle Zask, en partenariat avec Zibeline

Le 19 fév de 14h à 18h
Entrée libre
04 91 08 06 93

Photo : La-Table-du-fond-c-Christophe-Raynaud-de-Lage.jpg