Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Entretien avec Jérôme Pantalacci et Véronique Collard Bovy, maîtres d’œuvre d'Art-O-Rama

Art-O-Rama 2018

Entretien avec Jérôme Pantalacci et Véronique Collard Bovy, maîtres d’œuvre d'Art-O-Rama - Zibeline

Entretien avec Jérôme Pantalacci, directeur d’Art-O-Rama (AOR), et Véronique Collard Bovy, directrice générale d’ART+, maîtres d’œuvre du salon d’art contemporain.

Zibeline : Quelles raisons ont poussé Art-O-Rama à quitter son espace natal, la Cartonnerie à la Friche la Belle de Mai, pour le J1 ?

Jérôme Pantalacci : Plusieurs raisons nous ont amenés au J1. Mais bien entendu, c’est avant tout la magie du lieu. Quand on a la possibilité d’occuper un tel espace, on ne peut pas refuser. Ce site est merveilleusement bien situé dans la ville, entre le Mucem et le FRAC, entouré par la mer et avec les îles du Frioul en face. Il correspond tout à fait à l’image de Marseille, urbain et tourné vers la mer. Mais nous n’aurions jamais pu investir ce lieu sans le soutien à la fois de la Friche et de l’association MJ1.

Véronique Collard Bovy : En charge plus spécifiquement des partenariats et de la dimension économique du projet, je corrobore totalement les propos de Jérôme. Le positionnement du J1 entre mer et terre, véritable patrimoine de la cité phocéenne, au croisement du quartier d’affaires, d’une destination shopping et de partenaires culturels majeurs, est un atout considérable pour le développement du projet.

Ce nouvel espace impacte-t-il les fondements d’AOR d’un point de vue identitaire, stratégique et collaboratif ?

J.P. : Nous avons fait attention, justement, à ne pas changer nos fondamentaux. Ce qui était une des inquiétudes de nos exposants, qui participent à Art-O-Rama, car la proposition qui leur est faite est différente de nombreuses foires et qu’elle centre le projet sur l’artistique. Nous avons ainsi décidé de ne pas changer notre fonctionnement, ni notre identité.

C. B. : Nous l’avons orienté sur notre destination inédite J1, intitulant cette douzième édition By The Sea, accentuant ainsi notre identité méditerranéenne.

Quels sont les temps forts de cette édition qui clôt la saison MP2018 « Quel Amour ! » ? Les avez-vous pensés d’une manière spécifique ?

J.P. : Les temps forts d’Art-O-Rama sont bien entendu le 31 août avec l’ouverture, mais également les samedi et dimanche avec la présentation des sélections de films par Josée Gensollen et Pascale Cassagnau dans le cadre d’un partenariat avec le Centre national des arts plastiques (CNAP), des signatures à la librairie, l’annonce des lauréats du Show Room et du prix Roger Pailhas. Également, le temps fort à retrouver tous les jours du samedi 1er au dimanche 9 septembre, les déjeuners pilotés par Emmanuel Perrodin et les Grandes Tables de la Friche, au restaurant situé au bout du J1, devant la grande baie vitrée qui donne sur le Frioul. À cette occasion l’accès à Art-O-Rama sera gratuit de 12h à 14h.

C. B. : Nous avons également mis en place un parcours de visites réservé à nos invités au sein des lieux les plus prestigieux du grand sud, avec un passage au sein de notre exposition à la Friche la Belle de Mai, Communautés Invisibles du duo Christophe Berdaguer et Marie Péjus, incluant Luma Arles et la toute nouvelle Fondation Carmignac avec lesquelles nous collaborons toute l’année. Les amoureux de l’art contemporain seront à l’honneur avec notre programme 2018.

Entre MP2018 qui s’achève et la perspective de Manifesta en 2020, quels sont selon vous les enjeux et les défis pour Art-O-Rama ?

J.P. : MP2018 et Manifesta 2020 sont de magnifiques opportunités pour tous les acteurs locaux et pour notre territoire. Nos défis restent les mêmes, accroitre notre visibilité et notre reconnaissance à l’étranger, attirer le maximum de collectionneurs et de professionnels nationaux et internationaux, proposer aux marseillais et aux provençaux une grande exposition qui se déploie sur 4000 m2 et reçoit 120 artistes qui montrent un large panel de la création la plus récente.

C. B. : Art-O-Rama irradie au-delà de ces frontières physiques, notre évènement est l’occasion de découvrir la vitalité de la scène artistique de notre territoire. C’est toujours un des objectifs de notre évènement.

Entretien réalisé par MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2018

Art-O-Rama
31 août au 9 septembre
J1, Marseille
04 95 04 95 36
art-o-rama.fr

NB : Rentrée Arty à Marseille !

Exceptionnellement présents au J1, dans une configuration inédite, les salons Art-O-Rama et Paréidolie font un focus sur la création contemporaine à travers une sélection de galeries nationales et internationales. Deux événements sur un même plateau qui fédèrent artistes, professionnels, collectionneurs, mécènes et amateurs, et font de Marseille le point de mire de la rentrée.