Journal Zibeline - bannière pub

A Montpellier, on murmure que le budget du tramway favorise plutôt la voiture...

La Ligne 5 à Montpellier

A Montpellier, on murmure que le budget du tramway favorise plutôt la voiture... - Zibeline

Retrouvez notre dossier consacré aux transports dans le numéro 105 de Zibeline, en kiosques jusqu’au 8 avril, avec des articles sur le Plan mobilité de la Métropole Aix-Marseille Provence, et sur les TER en PACA.

On y était presque. Avec ses trois lignes de tramway, plus une boucle autour du centre-ville, Montpellier allait être la première ville de province à pouvoir proposer à l’ensemble de ses habitants une station à moins d’un kilomètre de chez eux (excepté dans le quartier du Millénaire, à l’est de l’agglomération). Ne manquait plus, pour atteindre ce maillage, que la Ligne 5, prévue depuis le début de la construction du réseau inauguré en juin 2000 par le maire Georges Frêche. Les travaux ont bouleversé la ville, les embouteillages ont émaillé l’ensemble de l’agglomération pendant plus de dix ans. Les commerçants se sont d’abord inquiétés puis se sont au contraire développés à proximité des tracés ferroviaires. Cela a été l’occasion de rénover les réseaux souterrains (eaux, gaz, télécommunication), et surtout de requalifier l’ensemble des rues parcourues par les rames colorées du tramway.

Or, depuis l’achèvement de la Ligne 3 en avril 2012 et l’élection de Philippe Saurel en 2014 (DVG), le mouvement marque une sévère pause.

L’argument économique est l’explication donnée par l’équipe municipale. Crise de 2008 oblige. Le projet de la Ligne 5 a été gelé. Le bouclage de la Ligne 4 a certes été achevé et inauguré en juillet 2016 mais, sans la mise en place du tracé suivant, elle reste presque sans objet.

Trop chère, donc, la possibilité offerte de laisser sa voiture au garage pour des milliers d’usagers quotidiens ? A son arrivée à la mairie, P. Saurel annonçait que le budget n’avait pas été bouclé par l’ancienne majorité (PS, Hélène Mandrou), que le « tout tram » c’était fini, et que l’heure était aux économies. Mais depuis, d’autres travaux, gigantesques, ont été entrepris, entièrement dévolus au transport automobile. Le budget prévu, voté (par la Région, PS), serait-il passé au profit de ces nouveaux projets ? Le futur nouveau stade de foot (début des travaux en 2019) aurait-il bénéficié lui aussi de l’abandon de la Ligne 5 ? C’est ce qui se murmure très fort.

Le vent tourne cependant. Depuis quelques semaines, le sujet est à nouveau à l’étude. Pour être évalué à la prochaine mandature, avec un aboutissement des travaux en 2025…

D’ici là, le ColL5ctif continuera d’informer, mobiliser, veiller. Réunissant plus de 20 associations et fédérations dans toutes les communes desservies par le tracé n°5, il milite pour que le projet se concrétise –plus rapidement. 40 à 50 000 voyageurs quotidiens sont prévus, et attendent la mise en œuvre de la nouvelle ligne.

ANNA ZISMAN
Mars 2017

Photo : Clean tag réalisé par le colL5ctif c A.Z.