Vu par Zibeline

Josef Koudelka honore la Vieille Charité

Murmures des murs…

Vérifier les jours off sur la période
Josef Koudelka honore la Vieille Charité - Zibeline

C’est un champ de ruines. Elles jonchent le sol du Centre de la Vieille Charité dans un ordonnancement strict : ce sont les vestiges de l’histoire grecque et romaine photographiés entre 1991 et 2012 par Josef Koudelka, Prix Robert Capa en 1969 pour ses photos du Printemps de Prague. Après Exils, La mission photographique de la Datar, La mission Transmanche, le Triangle noir sur les mines de Charbon en Europe centrale, le photographe tchèque s’est lancé dans une exploration des paysages sans commune mesure, sillonnant 19 pays du pourtour méditerranéen et plus de 100 sites archéologiques. Syracuse, Pétra, Delphes, Athènes, Pompéi, Volubilis pour les plus connus… une «épopée» physique (Josef Koudelka arpente les sites déserts de l’aube à la tombée du jour), géographique et historique dont les traces photographiques sont exemplaires. Transcendés par son viseur, les pierres ont une âme, les arêtes érodées ont une histoire, le souffle de la vie disparue glisse entre les colonnes disjointes et les chapiteaux écornés. Les ruines deviennent une stupéfiante scène de théâtre à ciel ouvert où les ombres et les lumières jouent à cache-cache. «C’est une transfiguration des décombres en espérances» pour Bernard Latarjet, commissaire de l’exposition. En aucun cas archéologue, Koudelka se défend de faire des photos d’architecture, d’archéologie ou des photos documentaires. Car son travail est ailleurs, dans la quête du paysage, de son histoire, dans la captation d’une disparition de l’homme inexorable…

La sobriété de la muséographie colle parfaitement avec la monumentalité majestueuse des ruines, avec les formats des photographies souvent étirées à l´horizontale comme pour pousser les limites du cadre et nous donner à imaginer l’invisible. Une impression redoublée lorsque l’on découvre le très bel ouvrage écrit par Koudelka et Erri De Luca, Théâtre du temps, déplié comme un accordéon sans fin.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

 

Vestiges 1991-2012

Koudelka

en écho à l’exposition Le trésor des Marseillais

Jusqu’au 15 avril

La Vieille Charité, Marseille

04 91 14 59 18

www.culture.marseille.fr

 

Le crédit des photos illustrant cet article est le suivant : Delphes, Grèce, 1991 © Josef-Koudelka -Magnum-Photos