Le festival Marseille Jazz des cinq continents se déroulera du 19 au 29 juillet

Jazz tous terrains

• 19 juillet 2017⇒29 juillet 2017 •
Le festival Marseille Jazz des cinq continents se déroulera du 19 au 29 juillet - Zibeline

2017, année du centenaire du Jazz ?

Il fallait bien une date pour ancrer l’apparition de cette musique libre et sans limites… On l’a trouvée : c’est le 26 février 1917, jour de l’enregistrement du premier disque de jazz de l’histoire. L’Original Dixieland Jazz Band gravait deux titres sur un 78 tours en vinyle : Dixieland Jass Band One-Step et Livery Stable Blues. Mais… Le groupe est constitué de cinq musiciens blancs ! Cette naissance est une fausse naissance, basée sur les critères d’une industrie qui s’ouvrait à d’autres sons que ceux de l’opéra, et engluée dans la ségrégation raciale. Le jazz était né bien avant, dans le Sud américain, à La Nouvelle-Orléans, dans les plantations, dans le cœur et les tripes des esclaves afro-américains qui avaient inventé les rythmes du nouveau siècle en revisitant ceux de leurs ancêtres.

Flamme

Cent ans plus tard, laissons-nous voguer, en dehors des artifices anniversaires, dans le présent de cette musique qui sait se réinventer et cultiver ses racines, toujours modernes, toujours nourries de son histoire. Le Marseille Jazz des cinq continents célèbre pour sa 18e édition un déferlement musical qui s’est désormais ancré très fort dans la ville, offrant un rayonnement international à notre capitale du Sud, qui se dévoile dans 4 lieux emblématiques pour la programmation des 10 jours du festival, et s’implante dans une multitude de rendez-vous gratuits et étendus sur tout l’été, avec Marseille Heure Jazz, qui investit toute la cité, et au-delà, puisque pour la première fois, le festival résonnera dans les communes de la Métropole (Aubagne, Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, Trets…). Début d’un mouvement qui s’étendra un peu plus chaque année, dans une volonté d’essaimage affirmé par la capitale départementale de la culture.

En 2017, il faut « entretenir la flamme » : Hughes Kieffer, directeur délégué du festival, s’inscrit dans la continuité de la manifestation initiée par Roger Luccioni et Bernard Souroque. Il revendique une « programmation d’excellence » et loue le tout nouveau rapprochement avec Aix-Marseille Université, avec une convention pour la création d’un Big Band, workshop dirigé par le trompettiste Nicolas Folmer.

Plus de 130 musiciens sont invités au cours de l’ensemble des manifestations organisées cette année. Des pointures, des incontournables, des nouveaux, des héritiers passeurs de flambeau.

Et, parmi tous, l’un des plus grands pianistes de jazz contemporain, Ahmad Jamal, viendra donner deux concerts en première mondiale à l’Opéra municipal les 12 et 13 juin (voir Zib’ 107). Pour la première fois de sa vie, le légendaire et vénérable (86 ans) interprète a composé un « opus », qu’il a intitulé Marseille. Hommage sera rendu à son propre hommage de la ville.

Partout, tout le temps

Comme l’an dernier, les premières notes sonneront sur le toit-terrasse de la Friche de la Belle de mai, le 19 juillet, avec un concert gratuit des anglais Sons of Kemet. Ouverture, déjà, puisque le groupe revendique son appartenance à plusieurs champs musicaux. Son leader Shabaka Hutchings mêle influences caribéennes à une éloquence presque féroce et un jazz récompensé en 2013 par le MOBO Awards of Best Jazz Act.

Les soirées suivantes se dérouleront au théâtre Silvain. Le Branford Marsalis 4tet accueillera le 20 juillet Kurt Elling en special guest. L’alliance entre une formation typiquement jazz classique et un crooner : un mariage tout en douceur. Le lendemain, le pianiste Roberto Fonseca, évoqué comme le nouveau pape du jazz cubain, emportera, comme il le fait sur les scènes du monde entier, un public prêt à succomber à son art du live

Des talents dits émergents investiront le MuCEM le 21 juillet. Mais ils sont déjà largement au-dessus du niveau de la mer : Guillaume Perret, habitué du festival, Coup de cœur du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, évoluant habituellement en solo avec son saxophone ténor, emmènera cette fois un ensemble d’élèves de la classe jazz du Conservatoire à Rayonnement Régional de Marseille et les apprentis de l’IMFP de Salon-de-Provence. Dialogue intime entre Cyril Achard (guitare) et Géraldine Laurent (saxophone alto) ensuite. Sur une autre scène, Piers Faccini viendra distiller ses mélodies folks, accompagné de Simone Prattico (batterie, xylophone midi) et Malik Ziad (mandole). Dans le sillage de Léonard Cohen et Ben Harper. Et Yonathan Avishaï viendra jouer son album Modern Times.

La grande scène du Palais Longchamp, lieu de naissance du festival, accueillera les 12 concerts suivants (2 par soir, du 24 au 29 juillet). Norah Jones, voix qui a su conquérir un public si nombreux qu’il traverse les frontières de genres et d’habitudes auditives (45 millions de disques vendus dans le monde entier), sans s’aliéner la critique, viendra pour la première fois à Marseille présenter son sixième album Day Breaks. Résolument jazzy et porté par son instrument fétiche, le piano, il rassemble 12 titres originaux et trois reprises, d’Horace Silver, de Duke Ellington et de Neil Young.

Du jazz venu de tous les horizons habitera les soirées du parc. Du Vietnam, avec Nguyên Lê, jazzman internationalement connu, et Ngô Hông Quang, interprète de musique traditionnelle vietnamienne, pour un duo riche et novateur. De Serbie, avec Ana Popovic, blueswoman reconnue jusque dans la patrie des légendes du genre. Des États-Unis, bien sûr aussi. Robert Glasper avec Artscience, son dernier album, Kamasi Washington et son « jazz côte ouest », la rencontre entre le mythique bluesman Taj Mahal (« d’abord africain, puis jamaïcain, et enfin américain ») et le guitariste Keb’ Mo’, George Benson (on le présente ? non !), Herbie Hancock (non, lui non plus !)… Imany sera là aussi, qui revient dans sa région natale avec son dernier album, The Wrong Kind of War : elle met sa belle voix rauque au service de l’état malmené du monde…

Sans oublier, donc, en amont et en aval des dates du festival, dedans et dehors, en ville ou dans des lieux plus excentrés, before ou after, à Marseille ou ailleurs, les déclinaisons de Marseille Heure Jazz.

ANNA ZISMAN
Juin 2017

Marseille Jazz des cinq continents
19 au 29 juillet
Marseille
Marseille Heure Jazz
jusqu’au 26 août
04 95 09 32 57 marseillejazz.com
Facebook

Photo : Ana Popovic -c- Ruben Tomas