Mèq Festival, l'art numérique à l'honneur, du 12 au 14 octobre au Domaine de Grammont à Montpellier

hTh en 3D

• 12 octobre 2017⇒14 octobre 2017 •
Mèq Festival, l'art numérique à l'honneur, du 12 au 14 octobre au Domaine de Grammont à Montpellier - Zibeline

Le Mèq Festival est directement issu des travaux accomplis tout au long de l’année dans l’antre du laboratoire de création numérique d’hTh. Deuxième édition de ce creuset de la recherche technologique et artistique, il propose une entrée dans ce monde encore fermé, plein des mystères de la nouveauté et parfumé à l’invention : le numérique abordé à la fois comme outil et inspiration pour les artistes, média toujours à réapprivoiser, en mutation permanente.

Cette année, les performances, conférences, installations et créations vidéo sont pour la plupart des productions maison, créées par ou en collaboration avec le labo d’hTh.

Annie Abrahams débutera le programme au cours d’une conférence performative : « Qu’est-ce et pourquoi Agency Art ». Elle s’attache depuis des années à sonder le comportement humain. Démarche anthropologique, qu’elle applique à travers la vidéo, la performance, l’écriture, et bien sûr Internet. Une des pionnières du netart, l’écriture en réseau.

No-one is an island, création de Juan Navarro et Ignasi Duarte, parvient à faire cohabiter une réalité virtuelle (conçue par Ferdy Esparza) avec une intervention artistique en direct. Les deux temporalités se télescopent, au cours d’un récit qu’on pourrait qualifier de classique, inspiré d’une nature futuriste, s’il n’était pas promis à évoluer en fonction des réactions singulières liées à l’usage du virtuel.

Très sensitive, la proposition de N.U Collectif (A few seconds after darkness) plonge le spectateur dans un monde sculpté par la lumière et le son. Un environnement abstrait pour une expérience très physique, éprouver ensemble ce moment fugace où la lumière jaillit dans le noir.

Réflexion sur le travail à la chaîne, Manu/Factory (Transforma, Berlin) allie vidéo en direct, danse et son. Une histoire intime des travaux manuels, entre artisanat et production industrielle, rejouée par des corps chorégraphiés. Les gestes filmés et amplifiés par la prise de son alimenteront la composition musicale de Sasha Ring.

Alan Warburton ouvre un nouveau champ au pays des images de synthèse. Monsters in the wilderness compile une sélection de courts-métrages (60 mn) et érige le grotesque numérique comme révélateur de desseins politiques et économiques. L’auteur, artiste spécialisé en création 3D, travaille pour MTV, Sony, Google, Disney… Il nous présente son envers du décor.

Il y aura aussi beaucoup de sons dans le hall d’hTh : Dj set de Vicent Fibla, curateur et musicien, The suicide of western culture des catalans TSOWC, performance musicale qui promet d’être furieusement incarnée par des corps et en vrai, Martin Messier et Anne Thériault font voler en éclats les objets dans Con Grazia au cours d’une « hécatombe musicale, ode inquiétante à l’agonie du monde matériel ». Mèq Festival explore la tension entre l’hyper présent de la scène et le temps démultiplié de la technologie.

ANNA ZISMAN
Octobre 2017

Mèq Festival, festival international d’art numérique performatif
12 au 14 octobre
Domaine de Grammont, Montpellier

Photo : No One is an Island, Juan Navarro et Ignasi Duarte © X D R


CDN Humain Trop Humain
Domaine de Grammont
34000 Montpellier
04 67 99 25 00
www.humaintrophumain.fr