Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La Miroiterie présente la 8ème édition de Ciné d'Archi à Forcalquier

Ciné d’Archi, huitième édition

• 30 mars 2017⇒4 avril 2017 •
La Miroiterie présente la 8ème édition de Ciné d'Archi à Forcalquier - Zibeline

Du 30 mars au 4 avril à Forcalquier, on parle d’architecture, d’urbanisme, de paysages, de modes de vie. Présenté par la Miroiterie, Ciné d’Archi aborde ces sujets à travers le prisme d’une quarantaine de films anciens ou récents. À travers les «abordages» photographiques de Marie Calmes sur les frontières vivantes des cités de Marseille. A travers les interventions plastiques sur le mobilier urbain de Cédric Bernadotte, homme à suivre dans une balade un peu particulière, scotch et cellophane en mains. A travers un grand débat «Fabriquer la ville en commun», où interviendra entre autres Sophie Ricard, collaboratrice de Patrick Bouchain.

La précédente édition s’était donnée pour axe de réflexion, les utopies. Pas de thématique unique pour cette huitième fois du festival mais toujours des angles de vue originaux, des zooms éclairants, des travellings attractifs.

Ainsi le parallèle établi par Carine Merlino, architecte et journaliste, entre deux films de Buster Keaton et des œuvres architecturales contemporaines. Buster Keaton, l’acteur qui ne riait jamais, orfèvre du burlesque et dont Ciné d’Archi fête ici les 100 ans de la première apparition à l’écran dans Roscoe «fatty» Arbuckle. Ainsi, parmi la sélection ciné, le regard neuf  d’Olivier Babinet, sur les «jeunes» des banlieues défavorisées dans le tonifiant Swagger. Ou encore, celui sans complaisance de Angel Borrego Cubero dans The competition, un film très peu diffusé en France, qui nous fait pénétrer dans les agences de Jean Nouvel, Franck Gehry, Dominique Perrault, Zaha Hadid, afin d’y suivre au quotidien toutes les phases de la compétition pour la conception du Musée National d’Andorre, dans laquelle ces Starchitectes sont engagés. Ainsi le gros plan sur l’espace domestique où on découvrira Chacun sa bonne de Maher Abi Samra, une rencontre avec Zein, patron d’une agence d’employées de maison à Beyrouth, ces femmes venues d’Afrique ou d’Extrême Orient, devenant le «bien» des riches familles libanaises qui les choisissent sur catalogue.

Des films à revisiter, cultes et populaires, comme Le 5è élément de Luc Besson, ou Hugo Cabret de Martin Scorsese, des chefs d’œuvre comme Les ailes du désir de Wim Wenders ou Bonjour d’Ozu, des raretés comme le Koyaanisqatsi de Geoffrey Reggio avec Philip Glass en directeur musical, des nouveautés … Ciné d’archi affiche une fois encore son désir de faire découvrir du bon cinéma et de «recréer une sociabilité autour de l’image pour lui donner du sens».

ELISE PADOVANI
Mars 2017

www.la miroiterie.org

Photo : Koyaanisqatsi, la prophétie / production : Francis Ford Coppola