Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Comment couvrir Cannes sans paillettes ni potins ?

Cannes is a man’s world

• 17 mai 2017⇒28 mai 2017 •
Comment couvrir Cannes sans paillettes ni potins ? - Zibeline

Le plus grand festival de cinéma du monde se tient dans notre région. Mais nous concerne-t-il ?

Depuis 10 ans nous nous demandons à Zibeline si nous allons annoncer et couvrir le Festival de Cannes. Parce que cette manifestation où les actrices posent comme des objets empaquetés sur un tapis rouge, où Claudia Cardinale se fait retoucher pour figurer une femme « idéale » plus que filiforme, où les yachts reçoivent des soirées arrosées avec escort girls, où les retransmissions télévisées jouent de paillettes et de potins, de glamour siliconé et d’artifices trébuchants, nous semble peu correspondre à la culture que nous défendons. Mais au cinéma que nous aimons ?

Cannes chaque année sélectionne et récompense des films qui ne lui ressemblent pas. Qui témoignent des luttes, des oppressions, des changements sociaux, et de la poésie du monde. Chaque année le public scintillant et friqué applaudit à des œuvres d’artistes qui le remettent en cause. Un paradoxe lié à la nature même du cinéma, qui est à la fois un art, une industrie prospère, et un puissant moyen de diffusion et de connaissance des cultures et des histoires de chacun.

Alors nous nous demandons plutôt comment nous allons le couvrir. Sans monter les marches, mais en nous attardant pour vous en rendre compte à La Quinzaine, en poussant jusqu’au festival voisin Cannes Vision Sociale… Puis en nous glissant à quelques projections d’Un Certain Regard : Barbara de Mathieu Amalric qui fera l’ouverture, L’atelier de Laurent Cantet filmé à La Ciotat, Before we vanish de Kiyoshi Kurosawa… Et en allant faire un tour à la Semaine de la critique, et (re)découvrir les séries de Jane Campion et David Lynch, genre qui entre pour la première fois dans la Sélection.

Quant à la Compétition Officielle, présidée par Pedro Almodovar, on y retrouvera Michael Haneke et Sofia Coppola, Yorgos Lanthimos et Jacques Doillon, Arnaud Desplechin et Michel Hazanavicius… Toujours aussi peu de femmes, malgré leur présence beaucoup plus nette dans les jurys : la présélection reste l’affaire exclusive de Thierry Frémaux et Pierre Lescure. Lorsque l’on sait l’impact qu’a Cannes sur le monde du cinéma, on ne peut que regretter, année après année, que les femmes, magnifiées comme actrices, y aient si peu accès comme réalisatrices…

AGNÈS FRESCHEL
Mai 2017

Festival de Cannes
17 au 28 mai
festival-cannes.com

Photo : Before we vanish, de Kiyoshi Kurosawa -c- 2017 Before We vanish Film Partners