Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le violoncelle se conte et se joue au festival Cello Fan

Violoncelles et compagnie

Le violoncelle se conte et se joue au festival Cello Fan - Zibeline

Le Festival Cello Fan, épaulé par une équipe de bénévoles d’une efficacité souriante, rassemble, durant cinq jours, la fine fleur des amateurs et musiciens épris du violoncelle, dans les églises, les chapelles, les confréries de Callian, cœur fondateur, et des villages alentours. On n’est peut-être pas toujours sérieux quand on a dix-sept ans, et pour sa dix-septième édition, le festival décline les jeux de mots potache. On applaudit De Bach à Glass : pour fêter les 80 ans de Philip Glass, s’entrelacent des œuvres des deux compositeurs, autour du Fratres d’Arvo Pärt. Les sept Songs de Philip Glass laissent goûter la qualité des différents interprètes, sensibilité, sens des nuances, jeu profond, sons larges, jusque dans les aigus, solos délicats par Frédéric Audibert, (directeur artistique de ces journées) et son frère, Florent, Emilie Rose, Anne Gambini, Manu Cartigny, Guillermo Lefever, Manon Ponsot, Jonathan Oh, sans compter le bel ensemble de violoncelles Cello Fan, composé de professionnels, la plupart solistes de grands orchestres. L’annonce impétueuse Une symphonie sinon rien ! présente quatre musiciens sur scène ! Paul Beynet (piano), Oswald Sallaberger (violon), Julie Sévilla Fraysse (violoncelle), Gionata Sgambaro (flûte), rendent avec fougue la puissance, la passion de la Cinquième Symphonie de Beethoven. Auparavant, un quintette à deux violoncelles donnait une version d’anthologie de sa Sonate à Kreutzer. Le violoncelle rencontre aussi le piano subtil de Maria de la Pau Tortelier. Paul-Antoine Rocca-Serra apporte son talent depuis la Corse où il dirige un festival jumeau : les Rencontres de violoncelle de Moïta. On est séduits aussi par les récits emplis d’anecdotes des descendants de Martin Berteau (1691-1771), fondateur de l’École française de violoncelle et de Jean-Louis Duport (1749-1819), qui, par son Essai sur le doigté du violoncelle et la conduite de l’archet théorisa les bases toujours d’actualité du jeu de l’instrument. Son violoncelle, un Stradivarius, marqué des éperons de Napoléon 1er, fut l’instrument de Rostropovitch ! Le violoncelle ? toute une histoire !

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2017

Festival Cello Fan du 30 juin au 4 juillet
Vu le 1er juillet, Mons et Callian

Photographie : © MC