Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur la première soirée du festival de Miramas

Une nuit métisse et poétique

Retour sur la première soirée du festival de Miramas - Zibeline

Ils sont surtout connus dans le Nord de la France et en Belgique mais les géants nous viennent bien d’Europe méridionale. A y regarder de plus près, ces marionnettes monumentales qui déambulent autour du plan d’eau de Saint-Suspi à Miramas n’ont pas le teint flamand mais plutôt celui des Caraïbes. Pour sa soirée d’ouverture, Nuits Métis a fusionné le meilleur des traditions carnavalesques, sur un axe Brésil-Belgique. Comme chaque année, la Cie Caramantran et La Batucada dirigée par Laurent Rigaud ont enchanté petits et grands. Car au-delà des têtes d’affiche de l’édition 2017 du festival, comme Chineese Man et Bonga qui ont attiré les foules, Nuits Métis, c’est aussi la préoccupation du lien avec les habitants par l’accès aux arts, au rêve et à la poésie, en faisant tomber les murs, qu’ils soient sociaux ou culturels. De poésie et de rêve, la programmation n’en manquait pas. Après les géants et les arts de la rue, un récital classique avec Le piano du lac, une compagnie habitée par la même intention de décloisonner et d’inclure. Ecouter Schubert ou Brahms assis sur l’herbe, les yeux et les oreilles happés par un piano flottant, cela peut également aider à franchir les portes d’un théâtre ou d’un opéra. Le dispositif est astucieux : l’instrument flotte grâce à un système de radeau discret et dirigé par un technicien immergé, un pianiste puis une chanteuse l’accoste à l’aide d’une barque. On se laisse porter et emporter par le mouvement des flots et des notes sous un ciel étoilé en guise de chapiteau. Côté musique, l’humeur est aussi à la rêverie baladeuse. Grâce au duo Tin’fa d’abord, avec un dialogue entre rythmes orientaux et musettes. Ce sont les joyeux drilles de Zoulouzbek Band qui clôtureront la soirée. Au menu : une chanson française festive façon guinguette assaisonnée de rythmes tsiganes, slaves, cajuns ou irlandais. Derrière la gouaille et la gaité des mélodies, le trio acoustique guitare, accordéon, violon porte un regard acerbe sur l’actualité. Léger et rafraichissant.

Thomas Dalicante
Juillet 2017

Nuits Métis a eu lieu du 21 au 24 juin à Miramas.

Photographie : Zoulouzzbek Band © Léa Ambrogiani