Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Délicieux hommage aux pères fondateurs des Rencontres photographiques d’Arles

Une brassée de souvenirs arlésiens

Délicieux hommage aux pères fondateurs des Rencontres photographiques d’Arles - Zibeline

Le dernier opus de Pierre-Jean Amar Mes Rencontres d’Arles, photographies 1974-1994 est un délicieux hommage aux pères fondateurs : « les Rouquette, Tournier, Clergue, Sudre, Gautrand, Lemagny (…) tous accessibles, fraternels et proches » cités par Bertrand Eveno, un brin nostalgique des années de jeunesse des Rencontres Internationales de la Photographie labellisées Rencontres d’Arles, un brin sévère pour ceux-là même qui les ont qualifiées ainsi ! Le petit format carré sied à merveille à l’album qui se picore du regard avec une telle aisance que l’on se prend à sauter d’une photo à l’autre, avide d’instants volés (ah, le déjeuner des époux Lartigue !), de moments inoubliables (la poignée de main entre deux géants, Brassaï et Dieuzaide), de portraits de maitres disparus et de survivants qui ont fait les beaux jours de cette époque bénie pour sa « formidable énergie, (sa) juvénilité, (sa) belle ardeur ». Les tirages noir et blanc se déploient en abondance comme pour témoigner de l’effervescence de ces années où le mot rencontres avait du sens, où photographes et amateurs échangeaient aisément, célébrités et jeunes pousses restaient le temps nécessaire pour découvrir les productions des autres. Cette complicité affleure chaque image, et les auteurs invités au banquet s’en souviennent encore : l’auteur de bandes dessinées et caricaturiste Bruno Heitz y a croisé le chemin du « bon samaritain Jean Dieuzaide, du facétieux Robert Doisneau, du colosse Denis Brihat… » ; le photographe Dominique Wallut n’a pas oublié Le Galoubet où il surprit « Marc Riboud et Willy Ronis photographiant de concert la charmante serveuse » ; Fanny Sudre-Bernard se rappelle « le temps des retrouvailles rituelles avec le cercle des amis ». Tous gardent en mémoire, comme Pierre-Jean Amar, ces années d’avant le numérique qui ont marqué leurs trajectoires et fondé leur amitié.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2017

Mes Rencontres d’Arles, photographies 1974-1994,  Pierre-Jean Amar
Arnaud Bizalion éditeur, 28 €