Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Des jours sans fin de Sebastian Barry aux éditions Joëlle Losfeld

Un roman-western à l’irlandaise

Des jours sans fin de Sebastian Barry aux éditions Joëlle Losfeld - Zibeline

Fort Laramie, la guerre de Sécession, les bisons des grandes plaines de l’Ouest américain évoquent les westerns. Or, dans ce roman, si le décor y est, le héros n’a rien de John Wayne. Thomas McNully est un migrant irlandais, un orphelin qui a fui son pays ravagé par la famine. À ses côtés, son amour, son « galant » comme il dit, John Cole. Engagés tous deux dans l’armée, ils se battent avec bravoure contre les Sioux et les Sudistes. Thomas décrit l’engrenage de la violence qui les saisit lors des batailles exécutant les ordres autant que les adversaires, comme s’ils étaient des machines à tuer : « même les gens “bien” peuvent s’engager corps et âme dans un massacre. »

Puis, ce couple devient une famille avec Winona, l’orpheline sioux qu’ils adoptent.

Inspiré par la vie d’un arrière-grand-oncle (portrait en couverture) racontée par son grand-père lorsqu’il était enfant, Sebastian Barry a mis cinquante ans à se la réapproprier, tout en prenant des distances avec la mythologie familiale. Il a fait revivre cet ancêtre et lui a rendu la parole en faisant de lui le narrateur de ce roman. Sans préjugés, Thomas McNully relate les événements avec une candeur surprenante. Pourtant aucun détail des horreurs de ces massacres n’est épargné : « Au bout de la table du chirurgien, la pile de bras et jambes grandit. On dirait les offrandes d’un abominable boucher. » La force de supporter l’indicible, Thomas la puise dans les valeurs qui le meuvent : l’amour, l’amitié et la part de féminité qu’il porte en lui : « Je me sens plus femme que je ne me suis jamais senti homme, alors que j’ai été soldat la plus grande partie de mon existence. Je finis par croire que ces Indiens vêtus de robes m’ont montré la voie. »

Avec cette épopée romanesque à la fois grave et poétique, Sebastian Barry rend magnifiquement hommage aux victimes des guerres et génocides d’Amérique et d’ailleurs.

CAROLINE GÉRARD
Mars 2018

Des jours sans fin  Sebastian Barry
Joëlle Losfeld  22 €