Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

CD. Henri Tomasi et Lionel Ginoux : de magnifiques mélodies pour soprano et piano 

Un brasier d’étoiles

CD. Henri Tomasi et Lionel Ginoux : de magnifiques mélodies pour soprano et piano  - Zibeline

Dès les premières mesures, on est frappé par le toucher sensible, profond, de Marion Liotard au piano, le dessin lyrique d’une mélodie qui touche au cœur, la langue corse magnifiée par la voix vibrante de la soprano Jennifer Michel. C’est Henri Tomasi que ce duo d’ici, nourri depuis l’enfance au soleil de la Méditerranée, a décidé d’enregistrer : Henri Tomasi (1901-1971), le plus marseillais de musiciens corses, compositeur autant qu’humaniste, immense chef d’orchestre dont la musique gagne, depuis quelques années, la place qu’elle mérite dans le cœur des mélomanes ! Son style clair, son souffle puissant, ses inspirations multiples, sa langue riche et accessible font de lui un musicien apprécié dans les programmes de concerts.

Le duo d’artistes suit le fil tour à tour mélancolique et festif du Cantu di Cirnu (poèmes de Santu Casanova), des vocalises et de la valse tendre du Chant de la fée de îles ou des exotiques Chansons de Geishas (poèmes de René Dumesnil). Il danse en apesanteur, au chant du rossignol ou au cri d’un corbeau, à la fête d’un printemps nippon….
Jennifer Michel brille par son investissement sans faille au service des textes et par la générosité de son soprano d’opéra amplement sollicité. Marion Liotard fond les sonorités de son clavier dans ce souffle lyrique, dessine des tableaux sonores soyeux sur lesquels la voix se pose…

 

565efd4c55ec9

Alors que nous bercent des pentatoniques redessinées au fusain d’un langage ancré dans le 20ème siècle, on reçoit un second choc, sensible, esthétique, à l’entame de « Il était un », première page d’Un brasier d’étoiles de Lionel Ginoux C’est un nouveau monde qu’on franchit, au roulis grave du piano et de ses amples résonances, au gré des itérations bégayantes… Avec Lionel Ginoux, jeune musicien d’ici aussi, gorgé de culture méridionale, on entre de plain-pied dans le 21ème siècle. Il s’inscrit, certes, dans la filiation de Tomasi, par son goût du lyrisme, de la poésie contemporaine, du théâtre, par son langage clair et accessible… Mais une alchimie singulière opère, chez lui, entre la voix et le clavier, comme si ces deux entités ne formaient qu’une cellule unitaire destinée à porter la poésie voluptueuse d’Alain Borne (1915-1965). Il y a comme une espèce de magie dans l’écriture de Lionel Ginoux : sa musique paraît harmonieuse, consonante, alors que les agrégats harmoniques sont enrichis de nombreux frottements, de dissonances qui pourraient heurter l’oreille… Il n’en n’est rien ! Les huit pièces qui forment son cycle mélodique s’enchaînent sans qu’on se lasse, au gré d’atmosphères sonores splendides, irriguées par le piano lumineux de Marion Liotard qui semble se glisser, secrètement, dans le frôlement des mots… C’est « un long corps d’étoile » dissimulé derrière une ample « chevelure » et que la voix sensuelle de Jennifer Michel caresse, vibrante…

 

56d609fd62e20
Ce beau disque s’achève par une une mélodie lascive qui s’inscrit dans cette atmosphère de chair, de désir et de passion : « Je voudrais »… Oui, on voudrait que ce disque poursuive sa belle aventure et qu’on en parle… au fil des plumes et des palmes… ou de bouche-à-oreille !
JACQUES FRESCHEL
Septembre 2017
Un brasier d’étoiles, mélodies d’Henri Tomasi et Lionel Ginoux
CD « Maguelone » MAG 358.414
www.maguelone.fr
Photos © Opera Musica : Marion Liotard / Jennifer Michel