Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Editions Philippe Picquier publient Les chroniques de Zhalie de Yan Lianke, 500 pages flamboyantes et débridées

Un bourg, un district, une préfecture…

Les Editions Philippe Picquier publient Les chroniques de Zhalie de Yan Lianke, 500 pages flamboyantes et débridées - Zibeline

Ce n’est pourtant pas le nez de Cyrano, mais la démesure hante avec autant de truculence et bien plus d’horrifiques horizons ces chroniques de Zhalie, petit village devenu gigantesque métropole comme seule la Chine actuelle peut en voir fleurir du cœur de son éveil époustouflant. Le dernier roman de Yian Lianke, présenté dans un préambule trompe-l’œil par son auteur comme une commande municipale vouée à l’opprobre dès la lecture des premières épreuves, conte les origines et l’évolution historique d’un hameau bien nommé de deux idéogrammes qui disent «explosion» ; le mythe est là et ne désarmera pas !! Comme chez Mo Yan (prix Nobel 2012) au réalisme le plus crû et à croire se mêle l’hallucinatoire, la poésie épique et les envolées à couper le souffle : sur plus de 500 pages flamboyantes et débridées se construit une saga chinoise qui fait parfois écho au roman culte de Garcia Márquez dans le déploiement des destinées d’une famille -ici les 4 fils Kong– en pleine ascension ; mais aux cent ans de solitude colombienne se substitue la conquête en accéléré et sans foi ni loi d’un pouvoir local total et incontesté ; des personnages hauts en couleur (la volcanique et ambitieuse Zhu Yin forme avec Kong Mingliang, son mari voleur, cynique et sans scrupule, un couple lié par la haine et l’appât du gain / Kong Mingyao après avoir sauvé à la chaîne des dizaines de désespérés se métamorphose en Matamore et déclare la guerre aux États-Unis) évoluent dans une ville-monde qui ne cesse de déployer ses fastes maléfiques ; la nature luxuriante vit à son rythme propre et selon ses caprices envahit certaines pages autorisant paradoxalement quelque respiration !!! Parfois délirant -un parc d’attraction propose de participer à une guerre du Vietnam en miniature–, parfois poétique et toujours d’une humeur badine pour évoquer le pire, le roman emprunte ses têtes de chapitre aux annales géo-socio-politiques («Evolution territoriale III») produisant un amusant décalage sans doute un peu systématique ; si la lourdeur menace, elle est au service de l’expression de cette gigantesque métaphore : ce n’est plus le Grand Bond en Avant mais désormais la culbute morale, éthique, intellectuelle et affective d’un monde qui laisse peu de place à l’espoir… Yan Lianke est sans nul doute ce qu’on appelait «un grand écrivain» !

MARIE JO DHO
Octobre 2015

Les chroniques de Zhalie   Yan Lianke
Editions Philippe Picquier 23€
Traduit du chinois par Sylvie Gentil