Vu par Zibeline

Ashur, trio jazz de Tarek Yamani au MuCEM

Quand le jazz est là

• 1 novembre 2013 •
Ashur, trio jazz de Tarek Yamani au MuCEM - Zibeline

Tarek Yamani, né au Liban, était venu à Marseille, rappelle-t-il en début de spectacle, pour du rap, il y a 11 ans. Il est passé par différents styles, du hip hop à l’Afro-cubain ou au flamenco… Puis il y a le jazz, le Prix Télonius Monk en 2010, des concerts, des CDs, une reconnaissance de ce remarquable musicien autodidacte, et pourtant, quelle technique ! Gammes et arpèges nourrissent en un jeu fluide les créations du jeune musicien, Passegiata, Sama’i Yamani, Ashur, Dabke in eb Nakriz ou un bel hommage à Coltrane avec Giant trane ; Bach se syncope avec humour dans son Prélude n°2 en do mineur, un swing subtil habite les pages les plus lyriques. Parfois une note bleue s’orientalise. Des formes arabo-andalouses prennent un air de la New Orleans. À la fougue emportée de certaines envolées, répondent des instants nus d’une simplicité évidente et dépouillée. Les passages d’improvisation dénotent d’un sens subtil de la mélodie. Ashur, cité et dieu assyrien, est aussi le nom du groupe de Tarek Yamani. Auprès de lui, on entend la batterie inventive de Kristijan Krajncan et le tuba de Goran Krmac. Certes on peut être surpris par l’entrée du tuba dans le trio classique de jazz. Il prend la place de la contrebasse, il en endosse le rôle, et apporte des nappes sonores qui enveloppent le texte musical avec pertinence, que ce soient des incursions dans les années 80 avec Everybody’s Got to Learn Sometime de JamesWarren, ou le retour à des morceaux plus anciens comme East of the Sun de Brooks Bowman. Le groupe offre un bis de Coltrane à un public conquis.

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2013

Photo : Tarek-Yamani-©-Housam-Mouchaymech

Ce concert a eu lieu le 1er novembre au MuCEM, à Marseille


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org